Adénocarcinome pulmonaire

L'adénocarcinome pulmonaire est une maladie grave, un type de cancer du poumon qui survient chez quarante pour cent des personnes atteintes de tumeurs du poumon. La maladie survient au niveau cellulaire dans le système des grands bronzes et affecte ensuite les organes voisins. Cependant, quelle que soit la gravité de la maladie, l'adnocarcinome pulmonaire, le pronostic laisse espérer: si vous commencez un traitement en temps voulu, vous pourrez vaincre la maladie et même, au stade final, ralentir le processus de destruction des cellules. Plus loin dans l'article, il sera décrit en détail ce qu'est l'adénocarcinome du poumon, quels en sont les symptômes, les causes et les méthodes de traitement.

Traitement de l'adénocarcinome pulmonaire

Ainsi, l'adénocarcinome du poumon est une formation cancéreuse touchant les bronches, les poumons et, dans les cas avancés, les métastases pénètrent dans les ganglions lymphatiques. Le plus souvent, ce problème survient chez les hommes, alors que chez les patients, il n’existe que certaines formes de cette maladie.

Les causes de la masse de la maladie, mais les principales sont les suivantes:

  1. Le tabagisme à long terme et l'alcoolisme qui augmente 30 fois le risque de cancer dans les poumons.
  2. Contexte environnemental défavorable (vivre ou travailler dans une zone ayant le statut de zone de Tchernobyl, à coefficient de pollution de l'air et de rayonnement accru, en présence d'entreprises industrielles nuisibles).
  3. Consommation excessive de malbouffe (restauration rapide, l'une des principales causes de nombreuses maladies graves; aliments frits et très épicés).
  4. La présence de maladies infectieuses graves du système bronchique et des poumons.
  5. Utilisation à long terme de certains médicaments puissants (antibiotiques, médicaments hormonaux).
  6. Prédisposition génétique.

En règle générale, l'adénocarcinome du poumon touche les personnes âgées (après 60 ans), les jeunes à forte immunité courent un risque extrêmement rare, car la cause principale de la maladie se traduit par une diminution du système immunitaire.

Dans la première étape, la maladie ne se manifeste pratiquement pas. Il ne peut y avoir que des symptômes mineurs qui peuvent facilement être confondus avec un signe d'autres maux moins graves:

  1. Perte d'appétit
  2. Faiblesse
  3. Vertiges.
  4. Inconfort dans le sternum.
  5. Perte de poids

Au deuxième stade, une toux peut déjà apparaître, au troisième stade, une toux avec une grande quantité de crachats, parfois du pus et même du sang. Le quatrième stade est caractérisé par une condition physique sévère, une forte augmentation de la température corporelle, qui ne peut pas être réduite par des antipyrétiques, des sensations douloureuses et une forte toux sanguinolente. Mais même si une personne est frappée par un adénocarcinome pulmonaire très différencié, le pronostic laisse espérer une guérison. L'essentiel est de ne pas s'asseoir et d'agir.

Le diagnostic opportun de la maladie aide à éviter de graves conséquences. La recherche médicale consiste en un passage des rayons X, une échographie des poumons et une analyse de sang, donnant une image la plus complète de ce qui se passe dans le corps du patient. Parfois, une biopsie est prescrite, une procédure assez compliquée qui implique de prendre un morceau de tissu pour la recherche. Sur la base des résultats de l'analyse, le médecin prescrit un traitement.

Le traitement est de trois types:

  1. L'intervention chirurgicale consiste à éliminer la source de la maladie, la tumeur à l'origine des métastases et la douleur.
  2. Chimiothérapie pour adénocarcinome des poumons.
  3. Irradiation.

La médecine alternative comprend également le traitement de l'adénocarcinome du poumon avec des remèdes populaires, dont nous discuterons plus tard.

Chimiothérapie pour adénocarcinome pulmonaire

Le traitement le plus courant pour les stades 1 et 2 est la chimiothérapie. Si le traitement est commencé avant le début des nombreuses métastases, le taux de survie avec adénocarcinome du poumon est élevé. Dans les cas plus complexes, un traitement complexe à long terme est nécessaire, comprenant à la fois une intervention chirurgicale et un traitement de radiothérapie et une chimiothérapie, afin que le tissu lointain qui cause la maladie ne se développe plus. Mais l'exposition et le déroulement de la prise de produits chimiques - une charge lourde pour le corps, il est donc important de le renforcer avant de décider d'une procédure si difficile. C'est pourquoi la nutrition pour l'adénocarcinome des poumons n'est pas moins importante. Il ne devrait consister que dans des aliments diététiques sains, en excluant totalement du régime les alcools, le tabac, les aliments épicés, frits et gras.

La chimiothérapie est réalisée en plusieurs étapes. Il s'agit d'une procédure complexe et longue: une solution est injectée au patient pendant plusieurs jours pendant quelques jours pour détruire les cellules pathogènes. Malheureusement, avec les cellules malades, les cellules saines sont détruites, vous devez donc vous préparer à vous séparer de vos cheveux.

La période de rééducation est longue et difficile. La faiblesse générale du corps - le résultat de l'exposition chimique à celui-ci. Après l'intervention, il a besoin de procédures de rééducation et de rééducation.

Traitement de 4 stades d'adénocarcinome pulmonaire

Le pronostic de stade 4 de l'adénocarcinome pulmonaire donne toutes les chances de salut, mais le traitement prendra beaucoup de temps et nécessitera des efforts volontaires.

En règle générale, le traitement de la quatrième étape commence par plusieurs cycles de radiation. La radiothérapie est l'effet des flux de radiations actifs sur le corps, capables de détruire les cellules cancéreuses. Mais, comme la chimiothérapie, la radiothérapie a un effet négatif sur les cellules saines. La radiothérapie entraîne donc une rééducation sérieuse.

Une fois que la croissance des cellules pathogènes est ralentie par l'exposition à des flux de faisceaux actifs, le médecin prescrit une opération. La préparation de l'opération prend de quelques semaines à un mois et comprend la recherche et le renforcement du corps afin qu'il puisse supporter une charge aussi lourde.

Au cours de l'opération, une tumeur cancéreuse est retirée, après quoi, dans la plupart des cas, un traitement est effectué - un type de rayonnement basé sur l'effet des rayons de rayonnement directement sur la source de la maladie. Cela est nécessaire pour exclure la survenue d'une régression.

L’avantage de la curiethérapie réside dans le fait qu’elle est capable de décomposer les cellules cancéreuses de l’intérieur, au niveau cellulaire, alors que le scalpel du chirurgien ne peut enlever la tumeur que du côté visible de celle-ci.

Traitement des remèdes populaires adénocarcinome des poumons

La médecine traditionnelle Piggy est pleine de toutes sortes de recettes contre l'adénocarcinome des poumons. Les recettes sont divisées en hémostatique et anticancéreux.

Il est possible de transporter des bouillons de Tsetrariya Islandais qui s'appelle encore la mousse islandaise à styptic La plante contient beaucoup de vitamines et d’oligo-éléments, en particulier des vitamines B, A, des acides qui ont un effet bénéfique sur le sang, le nettoyant, le restaurant. La recette de tsetrariya est simple: on verse deux cuillerées à thé de poudre sèche dans un verre d’eau chaude pendant la nuit. Le matin, filtrez la matière première à la vapeur pendant environ 15 minutes à feu doux. Buvez frais 5 fois par jour. La durée du traitement est de 3 semaines, après quoi il est nécessaire de faire une pause d'une semaine et de suivre un autre traitement.

La teinture de quarantaine est également réputée pour ses propriétés curatives utiles dans le traitement du cancer des poumons. Le médicament est préparé comme suit: les feuilles de la quarantaine sont versées avec de la vodka dans un rapport de 1:20. Pendant une semaine, la teinture est retirée dans une pièce sombre, puis 10 gouttes sont diluées dans un demi-verre d'eau. Il existe une autre recette: les feuilles et les tiges de la plante sont coulées avec de l’alcool (70%), dans le calcul, 2 cuillerées à soupe par verre d’alcool et nettoyées dans un endroit sombre pendant dix jours. Au premier stade du traitement, la teinture se prend en 5 gouttes, qui sont diluées dans une cuillerée d’eau. La teinture est prise 30 minutes avant les repas. Le cours dure 21 jours, après quoi la dose est augmentée à 10 gouttes.

D'autres recettes à base de chélidoine, musc, bardane, safran et autres herbes médicinales ne sont pas moins efficaces. Ils permettent non seulement de détruire les formations tumorales, mais également de renforcer le système immunitaire. Mais la médecine traditionnelle doit aller de pair avec la médecine traditionnelle pour obtenir un résultat victorieux.

Nutrition pour adénocarcinome des poumons

Tout dépend d'une nutrition adéquate pendant la maladie. L'alcool et le tabagisme ne sont pas autorisés. Vous devez également abandonner le fast-food, tout autre aliment gras et épicé. Garder un régime alimentaire riche en vitamines et oligo-éléments aidera à obtenir le résultat de la guérison plus rapide.

Pronostic de récupération de l'adénocarcinome pulmonaire

La pratique médicale montre un assez bon pronostic de récupération pour un adénocarcinome des poumons. Si vous commencez le traitement à temps, aux étapes 1 et 2, cette prévision est de 80 à 90%. 3ème étape - 50%. 4ème - 20%. L'esprit spirituel de l'homme, la foi en la guérison, est très important. Comme le montrent des études récentes menées par des scientifiques américains: les personnes qui étaient déterminées à gagner gagnaient vraiment à vaincre la maladie, tandis que l’attitude passive réduisait les chances de guérison de 70%! Le corps humain est un robot biologique. Quelle commande le cerveau lui envoie, tels et tous les systèmes du corps effectuent. Par conséquent, l'humeur de l'esprit et des pensées n'est pas moins importante que la thérapie et l'intervention opérationnelle.

Survie des patients atteints d'adénocarcinome pulmonaire

Comme mentionné ci-dessus, le pourcentage de survie au cours des premiers stades de la maladie est élevé - 80-90%. Dans le processus de métastase, ce pourcentage est de 25-30%. Mais un traitement complexe peut arrêter le développement de la maladie même au quatrième stade.
L'adénocarcinome pulmonaire est un cancer complexe, mais il peut être traité. Et c'est la principale chose dont le patient doit se souvenir.

Il y a dix ans, l'adénocarcinome du poumon appartenait à la catégorie des maladies complexes qui ne pouvaient pratiquement pas être traitées. Aujourd'hui, la médecine a fait un pas en avant vers les nouvelles technologies qui ouvrent un champ d'espoir et des chances de guérison pour les patients. Conduire une thérapie complexe en combinaison avec une nutrition appropriée et une médecine traditionnelle et, bien sûr, un esprit spirituel approprié est la clé du succès.

Adénocarcinome des poumons: traitement, pronostic. Y a-t-il une chance de récupération?

L'adénocarcinome pulmonaire est l'un des types de cancer les plus fréquents affectant la fonctionnalité du système respiratoire (et non liée aux petites cellules).

Les femmes et les hommes sont sensibles à cette maladie, mais ces derniers sont diagnostiqués presque trois fois plus souvent. Qu'est-ce qui cause l'adénocarcinome du poumon, quels sont les symptômes qui le précèdent et quel traitement est administré au patient?

C'est quoi

L'adénocarcinome pulmonaire est une tumeur maligne affectant les glandes situées dans cet organe. Au cours du développement, la tumeur peut se développer dans la couche épithéliale du poumon, affectant les vaisseaux sanguins et lymphatiques.

L'adénocarcinome peut toucher n'importe quelle partie du poumon, des bronches aux vaisseaux sanguins qui traversent les alvéoles. Sur cette base, le cancer du poumon est classé dans:

  • central;
  • périphérique;
  • type mixte.

Dans le même temps, la tumeur peut être non invasive (ne pas affecter les tissus environnants) et invasive (avoir des traces claires de germination dans les tissus environnants). Les cancers sont également classés en 4 étapes, en fonction de la physiologie développementale de la tumeur maligne elle-même et de la présence de métastases.

Raisons

Jusqu'à présent, les scientifiques ne peuvent déterminer avec précision les causes de l'adénocarcinome du poumon. Il n'y a que des théories sur les facteurs qui provoquent l'apparition de tumeurs. Parmi eux se trouvent:

  • fumer pendant 3 ans ou plus;
  • vivre dans une zone où la situation environnementale est difficile;
  • prédisposition génétique;
  • complication de maladies chroniques du système respiratoire (tuberculose, pneumonie);
  • travaux qui impliquent un long séjour dans des pièces contenant de la poussière d’amiante, des copeaux de métal, de l’éther chlorométhylique.

Et si vous croyez aux assurances des médecins, alors dans 80% des cas de diagnostic d'adénocarcinome du poumon, le tabagisme est le «coupable». De plus, le patient au moment présent est peut-être déjà débarrassé de la mauvaise habitude et il a fumé du tabac la dernière fois il y a plus de 10 ans. Tout cela - les conséquences d'une dépendance à la nicotine à long terme.

Les symptômes

La symptomatologie du cancer du poumon dépend en grande partie de la localisation de la tumeur maligne. Et dans la plupart des cas, les signes de la maladie se manifestent aux stades avancés, ce qui entraîne un taux de mortalité élevé lorsque la tumeur est détectée dans les poumons. Cependant, vous devez immédiatement consulter un médecin et subir un examen radiologique si les symptômes suivants apparaissent:

  • un grand nombre de crachats;
  • toux prolongée, qui n'est pas affectée par les médicaments;
  • essoufflement;
  • hémoptysie;
  • douleur thoracique (à la fois dans un état de calme et pendant un effort physique);
  • augmentation déraisonnable de la température corporelle jusqu'à 40 degrés;
  • bronchite fréquente et autres maladies du système respiratoire;
  • difficulté à respirer avec un «sifflement».

Dans environ 15% des cas, l'adénocarcinome ne se manifeste d'aucune manière jusqu'au moment où la tumeur commence à se développer dans le tissu osseux. Ce processus est accompagné d'une douleur très forte, qui ne peut pas être soulagée par des analgésiques ordinaires. En règle générale, en même temps, le cancer du 4ème stade est diagnostiqué et le traitement ultérieur n'a plus de sens, les métastases se trouvant dans d'autres organes.

Aux stades avancés, le patient peut également présenter les signes suivants de la maladie:

  • saignements abondants en toussant;
  • la pleurésie;
  • fatigue très rapide du patient;
  • douleur intense à la poitrine;
  • perte de poids

Dans les cas extrêmes, le patient ne peut plus respirer seul et il a besoin d'une oxygénothérapie. C'est le seul moyen possible d'éviter la privation d'oxygène.

Diagnostics

Une étude différentielle est initialement confiée au diagnostic final. Sa caractéristique est d'exclure d'autres maladies possibles qui relèvent des symptômes décrits.

Plus tard, la radiographie, des tests sanguins (pour la définition des marqueurs tumoraux), une bronchoscopie, une biopsie transthoracique, une échographie thoracique sont prescrits. En conclusion, le statut de la mutation est évalué et le médecin est prêt à annoncer une prévision préliminaire du traitement possible de la maladie.

Si le diagnostic est confirmé dans le diagnostic, le patient se voit immédiatement prescrire un traitement, si cela est encore possible. Cependant, il est nécessaire de prendre en compte le facteur d'erreur morphologique dans la détection de l'adénocarcinome du poumon. Il est possible d’établir des modifications exactes du tissu épithélial uniquement en effectuant un examen histologique du néoplasme.

Cependant, dans le diagnostic du cancer du poumon, seule la biopsie transthoracique est autorisée, au cours de laquelle le parenchyme pulmonaire est collecté. Et avec une forme invasive de cancer, il est impossible de collecter du matériel de toutes les zones affectées du système respiratoire.

En conséquence, il n’est pas possible d’établir les limites exactes des changements morphologiques. C'est pourquoi un traitement, y compris une intervention chirurgicale, peut être prescrit alors que, théoriquement, l'opération n'a déjà aucun sens. Ceci n'est pas considéré comme une erreur médicale - c'est un manque du niveau actuel de développement de la médecine.

Méthodes de traitement

Aujourd'hui, il existe 3 méthodes principales de traitement de l'adénocarcinome:

  • ablation chirurgicale de la tumeur et du tissu affecté;
  • méthode radiologique (radiothérapie, qui peut encore être prescrite en plus de la méthode chirurgicale);
  • chimiothérapie (administration de médicaments sous l’influence de laquelle meurent des cellules cancéreuses).

Une catégorie distincte peut être distinguée du traitement palliatif, qui est utilisé dans des cas désespérés et implique uniquement la création de conditions confortables pour le patient et l’élimination des symptômes douloureux. L'anesthésie, l'oxygénothérapie, l'assistance psychologique, la détoxification du corps constituent la base de ce traitement.

Quant aux remèdes populaires, ils n'ont généralement pas de sens et conduiront inévitablement à une nouvelle croissance de la tumeur. Mais les médecins n'interdisent pas l'utilisation de conseils populaires en plus du traitement prescrit. Naturellement, ils ne peuvent être utilisés qu'après consultation médicale préalable.

Quel est le traitement le plus efficace? Ce concept n'existe pas en principe. Et le traitement recommandé dépend entièrement du stade de développement de la tumeur maligne et du lieu de sa luxation. Seul l'oncologue traitant a le droit de choisir la méthode de traitement, en ayant toutes les informations sur le diagnostic effectué. Le traitement prescrit ne dépend en aucun cas du sexe du patient, de son âge.

Prévisions

Selon les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé, environ 89% de tous les patients en refus de traitement décèdent déjà 2 ans après l'apparition des premiers signes d'adénocarcinome. En général, la mortalité par cancer du poumon représente environ 70% de tous les cas diagnostiqués, y compris en cas de traitement chirurgical. L'essentiel dans tout cela - le diagnostic précoce.

Mais au 4ème stade avec métastases, la probabilité d'un résultat positif du traitement est considérablement réduite. Dans environ 95% des cas, la maladie se termine par le décès du patient. Cependant, il convient de noter que la présence de métastases même avec une lésion pulmonaire massive n'est pas toujours nécessaire.

Pour la plupart, cela dépend de la taille de la tumeur elle-même. Avec 20 millimètres de diamètre, la probabilité de leur présence ne dépasse pas 15-20%. Mais avec 50 millimètres et plus - plus de 80%. L'invasion d'une tumeur joue également un rôle. Si la tumeur ne se développe pas dans les tissus environnants, la probabilité de succès du traitement est alors très grande.

En résumé, l'adénocarcinome du poumon est une maladie cancéreuse entraînant un taux de mortalité élevé. Sa principale raison est le tabagisme prolongé ou de rester dans des régions avec de mauvaises conditions environnementales, l'exposition aux radiations. Lors de l'établissement de ce diagnostic, la radiothérapie et, si nécessaire, l'ablation chirurgicale du tissu affecté sont immédiatement recommandées.

L’issue du traitement prescrit dépend directement du stade auquel l’adénocarcinome a été diagnostiqué, de la présence de métastases et de l’invasion du néoplasme.

Vidéo intéressante

Assurez-vous de regarder la vidéo, comment vous protéger du cancer du poumon:

Adénocarcinome pulmonaire: stades, traitement et pronostic

L'adénocarcinome du poumon est une tumeur se développant à partir de l'épithélium glandulaire des bronches et du tissu pulmonaire. En pratique pulmonaire, cette tumeur est diagnostiquée dans 40% des cas, c’est-à-dire qu’elle est la variante la plus courante du cancer du poumon. La plupart des cas sont des hommes de plus de 60 ans.

IMPORTANT À SAVOIR! Nina, la vendeuse de cartes: "L'argent sera toujours à profusion s'il est placé sous l'oreiller." Pour en savoir plus >>

La tumeur grossit rapidement et se propage à d'autres organes. Plus le traitement est commencé tôt, plus les chances de survie sont grandes.

Stade de la maladie

Le stade d'une tumeur du poumon est déterminé par sa taille et la présence de métastases.

La classification de l'adénocarcinome du poumon par étapes est présentée dans le tableau:

En outre, la tumeur est classée en fonction du degré de différenciation cellulaire:

  • hautement différenciées - cellules glandulaires produisant du mucus;
  • différenciation moyenne - cellules glandulaires et solides;
  • peu différencié - cellules solides.

La tumeur donne des métastases au foie, aux os, aux glandes surrénales et au cerveau.

Manifestations

Le stade initial du cancer glandulaire est caractérisé par l'absence de symptomatologie manifeste. Les premières manifestations commencent lorsque la tumeur grossit et bloque la lumière de la bronche ou la serre à l'extérieur. La personne s'inquiète pour:

  • toux persistante prolongée avec beaucoup de crachats;
  • hémoptysie;
  • essoufflement à l'effort, puis au repos;
  • douleur à la poitrine.

Le patient devient léthargique, rapidement fatigué. Il y a une perte d'appétit. La voix change - elle devient enrouée, une respiration sifflante apparaît.

En raison d'une fonction d'échange de gaz altérée, des signes d'insuffisance respiratoire apparaissent:

  • peau pâle avec une teinte bleuâtre;
  • essoufflement grave;
  • des vertiges.

L'anémie chronique est une conséquence de la séparation constante du sang des crachats.

Un signe caractéristique, permettant de suspecter une pathologie cancéreuse, est une élévation prolongée de la température corporelle allant de 37 à 37,5 degrés. Aux derniers stades de la maladie, il y a une perte de poids importante.

Les patients atteints d'adénocarcinome ont souvent des maladies pulmonaires - pneumonie, pleurésie. À l'examen, on trouve des ganglions lymphatiques régionaux élargis. La croissance d'une tumeur maligne entraîne des lésions des vaisseaux sanguins - une hémorragie pulmonaire se développe.

Les symptômes suivants indiquent une métastase du cancer à d'autres organes:

  • Syndrome de Horner - l'omission de la paupière, la dorsion du globe oculaire en avant;
  • syndrome de la veine cave inférieure - accumulation de liquide dans la cavité abdominale, gonflement des jambes;
  • épanchement pleural;
  • gynécomastie - augmentation des glandes mammaires chez l'homme.

Le plus souvent, ces manifestations font suspecter un cancer du poumon et examinent une personne.

Traitement

En raison des stades initiaux asymptomatiques, le diagnostic de la tumeur est déjà réalisé aux stades 2-3, quand il y a des signes d'obstruction des voies respiratoires. Par conséquent, le traitement principal de l'adénocarcinome du poumon est chirurgical.

Intervention chirurgicale

Il existe plusieurs types de chirurgie, en fonction du volume de tissu pulmonaire prélevé:

  • segmentectomie - pendant l'opération, retirer un ou plusieurs segments du poumon;
  • lobectomie - enlever le lobe du poumon;
  • pneumectomie - retirer tout l'organe touché.

En outre, élimination de tous les ganglions lymphatiques présentant des métastases.

Le choix de la méthode dépend de la taille et de la prévalence de la lésion. La chirurgie pour les maladies oncologiques est soumise aux principes d'ablastique et d'antiblastique - avec le tissu clairement affecté, plusieurs centimètres de tissu sain environnant sont enlevés. Extérieurement, il peut ne pas y avoir de signe de tumeur, mais des cellules cancéreuses individuelles y restent, ce qui entraîne par la suite une rechute de la maladie.

L'intervention chirurgicale ne vous permet d'enlever complètement la tumeur que si elle n'a pas encore métastasé des organes distants. Ceci n’est possible qu’à l’étape 1-2. Par conséquent, dans la plupart des cas, la radiothérapie est un complément au traitement chirurgical.

Radiothérapie

Il peut être utilisé avant et après la chirurgie. L'essence de cette méthode réside dans l'utilisation de la radiation, effet néfaste sur les cellules tumorales. L'inconvénient de la radiothérapie est que cela entraîne également un effet négatif sur les tissus sains. La curiethérapie était un type de radiation. Cette méthode consiste à placer la source de rayonnement radioactif directement sur le poumon affecté.

La radiothérapie s'accompagne de nombreux effets secondaires:

  • fatigue accrue;
  • immunité réduite et maladies infectieuses fréquentes;
  • violation de la coagulation du sang.

Chimiothérapie

La chimiothérapie est une autre option de traitement. C’est l’utilisation de médicaments à effet cytostatique, qui détruisent les cellules cancéreuses. Drogues usagées telles que:

Les médicaments sont utilisés pour l'administration orale ou en injection intraveineuse. La posologie et le traitement sont calculés individuellement par le médecin traitant, en fonction du poids et de la taille. Les médicaments sont assez toxiques, le dosage doit donc être choisi avec une grande précision.

La chimiothérapie entraîne l'apparition d'un grand nombre d'effets secondaires:

  • immunité réduite;
  • troubles de la coagulation;
  • le développement de l'anémie;
  • perte de cheveux, peau sèche, ongles cassants;
  • des phénomènes dyspeptiques sous forme de nausées et de vomissements;
  • inflammation des muqueuses.

Après la fin de la chimiothérapie, les effets secondaires disparaissent progressivement.

Le mode de vie du patient revêt une grande importance. Quel que soit le stade de la maladie, les patients sont recommandés:

  • renoncer aux mauvaises habitudes, surtout le tabagisme;
  • respect des principes de la nutrition rationnelle;
  • activité physique adéquate;
  • adhésion au travail et au repos;
  • sommeil complet.

Prévisions

L'évolution de l'adénocarcinome du poumon dépend en grande partie du stade auquel la maladie a été diagnostiquée et du traitement commencé:

  1. Le pronostic le plus favorable est observé aux stades 1-2 de la tumeur. La survie à cinq ans dans ce cas va jusqu'à 70%.
  2. Avec un adénocaricinome au troisième stade, seuls 25% des patients survivent pendant cinq ans. La première année, le taux de survie est de 50%.
  3. Le quatrième stade du processus pathologique a le pronostic le plus défavorable. La survie à cinq ans est observée chez 10% des patients.

Le degré de différenciation cellulaire est d’une grande importance pour la prédiction du résultat. Avec un cancer peu différencié, une personne vivra sans traitement pendant au plus deux à trois mois. Mais une telle tumeur est plus sensible aux radiations et à la chimiothérapie, de sorte que les chances de survie sont considérablement augmentées lorsque le traitement est démarré rapidement. C'est pourquoi il n'est pas recommandé d'attendre longtemps après le diagnostic. Vous devez commencer le traitement dès que possible.

Après le traitement, les patients font l’objet d’un suivi et d’un examen annuel. C'est le moyen d'évaluer l'efficacité du traitement et la détection des cas de récidive de la maladie.

Conclusion

L'adénocarcinome pulmonaire est l'une des pathologies oncologiques les plus défavorables. La tumeur a tendance à grossir rapidement et à donner des métastases non seulement aux organes voisins, mais également aux organes distants. Une complication dangereuse de la maladie est l'hémorragie pulmonaire d'un vaisseau endommagé par une tumeur. Les premiers stades de la maladie sont presque asymptomatiques, de sorte que la tumeur est diagnostiquée tardivement, alors que la métastase est déjà survenue.

Dans la plupart des cas, le traitement est complexe et comprend l'ablation chirurgicale de la tumeur, la chimiothérapie et la radiothérapie. Le pronostic dépend en grande partie du diagnostic précoce de la maladie.

Adénocarcinome du poumon: prévisions, stades (1, 2, 3, 4), peut-il être guéri

L'adénocarcinome pulmonaire est une pathologie oncologique sous forme maligne qui se développe à partir du tissu glandulaire des poumons et des bronches. Il s’agit d’une maladie mortelle qui, en l’absence de traitement qualifié, entraîne la mort. Pour éviter les conséquences fâcheuses, le traitement devrait commencer dès les premiers stades de la maladie. Cependant, il n’est pas toujours possible de le faire, la pathologie n’ayant aucun signe caractéristique. Identifier la maladie facilitera les examens médicaux réguliers.

Les causes

L'adénocarcinome pulmonaire survient pour les raisons suivantes:

  • toxicomanies nocives, y compris le tabagisme et l'abus d'alcool;
  • la malnutrition, dans laquelle les gens consomment de grandes quantités de nourriture salée, grasse, épicée et autre malbouffe;
  • vivre dans des régions où la situation environnementale est défavorable;
  • pénétration constante des toxines dans les organes respiratoires;
  • utilisation de médicaments à base d'hormones pendant une longue période;
  • pathologie pulmonaire sous forme chronique;
  • l'hérédité.

Classification

La pathologie est classée en fonction du degré de différenciation:

  • forme modérément différenciée - sous cette forme se développe la structure glandulaire-muqueuse;
  • espèces hautement différenciées - avec cette pathologie il y a une formation intensive de mucus;
  • forme faiblement différenciée - avec une telle forme dans les poumons, il existe des cellules polygonales qui forment du mucus.

Les étapes

En pneumologie, la maladie comporte plusieurs stades, en fonction du degré de lésion du système respiratoire:

  • le premier est que la pathologie se déroule sans métastases et que les dimensions de la formation ne dépassent pas 3 cm;
  • la seconde est la métastase des ganglions broncho-pulmonaires et la taille de la tumeur atteint 6 cm;
  • le troisième - le cancer se propage dans le poumon, où la formation se situe, les dimensions de la tumeur dépassent 6 cm;
  • le quatrième stade - l'oncologie affecte les deux organes respiratoires, le pronostic est dans ce cas le plus défavorable.

Les symptômes

Le cancer des voies respiratoires glandulaires présente les symptômes suivants:

  • toux, dans laquelle se produisent des sécrétions de crachats et une odeur désagréable de la cavité buccale;
  • il y a une sensation de manque d'oxygène;
  • augmentation de la température corporelle;
  • douleur à la poitrine;
  • perte de poids drastique sans changer de régime ni augmenter l'activité physique;
  • malaise général, faiblesse et somnolence même après un repos prolongé;
  • gonflement des tissus mous dans le cou et le visage;
  • l'apparition d'essoufflement;
  • enroué quand on parle;
  • une augmentation de la taille des ganglions lymphatiques sous-maxillaires et axillaires;
  • la pleurésie;
  • pneumonie fréquente.

Diagnostics

La maladie ne présente pas toujours de symptômes et le traitement en conséquence ne commence pas à temps. L'absence de signes de pathologie conduit à la progression des maladies. Les stades 3 et 4 ont un pronostic défavorable, il est donc préférable de commencer le traitement aux stades 1 et 2 du développement de l'adénocarcinome du poumon. Détecter une pathologie à un stade précoce de développement aidera à des examens médicaux réguliers. Le diagnostic du cancer du poumon glandulaire est réalisé à l'aide des méthodes de recherche suivantes:

  • Fluorographie Une telle étude est recommandée une fois par an. La fluorographie permet de détecter de nombreuses pathologies pulmonaires, notamment les adénomes et les adénocarcinomes.
  • Radiographie L'étude montre tout changement dans les poumons causé par une pathologie.
  • IRM et CT. De telles méthodes aident à déterminer la pathologie et la nature de la maladie.
  • Bronchoscopie: aide à voir visuellement la nature de la tumeur, à déterminer l'emplacement de la formation, les limites et à effectuer des recherches supplémentaires - une biopsie.
  • Biopsie. Aide à déterminer la présence ou l'absence d'oncologie dans une forme maligne.

En outre, le médecin peut prescrire un test sanguin pour les marqueurs tumoraux et un examen cytologique des expectorations sécrétées par les poumons.

Méthodes de traitement

Pour soigner le patient, utilisez une thérapie complexe. L'opération est effectuée, après quoi la chimiothérapie ou la radiothérapie est prescrite. Pour améliorer l'efficacité du traitement, vous pouvez également utiliser les méthodes traditionnelles de traitement pathologique.

Intervention chirurgicale

L'intervention chirurgicale est réalisée de trois manières:

  • segmentectomie - amputation de la partie du corps touchée par la maladie;
  • lobectomie - amputation d'une partie d'un organe;
  • pulmonectomie - amputation de tout le côté de l'organe.

Quelle méthode pour effectuer l'opération déterminera le médecin, en fonction du stade de la pathologie et des caractéristiques subjectives du patient. L'intervention chirurgicale n'est pas réalisée dans le cas où le deuxième poumon fonctionne mal. Dans ce cas, seule l'irradiation est utilisée. Pendant l'opération, l'amputation des tissus affectés de l'organe est effectuée, mais également des ganglions lymphatiques appartenant à la poitrine.

Radiothérapie

Cyberknife est utilisé pour effectuer la manipulation. La radiothérapie est basée sur l'irradiation du tissu pulmonaire endommagé, sans toucher les cellules saines. Avec l'aide d'un cyber-couteau, l'éducation est mise en œuvre à partir de différents points, ce qui permet de se débarrasser de l'éducation.

Chimiothérapie

La chimiothérapie peut éliminer non seulement la tumeur, mais aussi les métastases. L'essence de la procédure est l'utilisation de médicaments spéciaux qui tuent les cellules cancéreuses. La chimiothérapie est prescrite avant la chirurgie pour réduire la taille de la formation, ainsi qu’après la chirurgie pour éviter les rechutes.

Méthodes folkloriques

Pour améliorer l'efficacité du traitement, il est recommandé de prendre du thé à base d'herbes médicinales. Pour cuisiner, prenez:

  • graines de lin - 1 part;
  • camomille - 1 partie;
  • ortie - 1 partie;
  • fleur de pommier - 1 partie;
  • fleur d'oranger - 1 partie;
  • feuilles écarlates séchées - 1 partie;
  • eau - 200 ml;
  • couteau - 1 petite cuillère.

Toutes les plantes sont mélangées et 1 grande cuillère est séparée de la masse résultante. La collection est versé de l'eau bouillante et laisser insister pendant 10 minutes. Buvez plutôt que du thé en ajoutant une cuillerée de miel dans l’outil.

Pronostic et prévention

Le pourcentage de survie des patients dépend de plusieurs facteurs:

  • stades de la pathologie;
  • caractéristiques individuelles du patient;
  • lieu d'enseignement;
  • réactions corporelles à la thérapie.

Le pronostic le plus défavorable pour 4 stades d'adénocarcinome du poumon. Dans ce cas, aucune intervention chirurgicale n'est effectuée et le traitement vise non pas à éliminer la pathologie, mais à maintenir la vie du patient. Si le traitement est effectué aux stades 1-2, alors le taux de survie est ici de 60-70%. Au stade 3, une espérance de vie de 5 ans est observée chez 10% des patients. Avec une intervention chirurgicale complète, le taux de survie augmente à 30%.

Les mesures préventives suivantes permettront d'éviter l'adénocarcinome pulmonaire:

  • mode de vie sain - cessation totale de l'abus de tabac et d'alcool;
  • aération régulière de la pièce;
  • traitement correct des pathologies virales aux premiers stades de l'infection;
  • absence de contact avec des composés chimiques nocifs ou respect des règles de sécurité en contact avec eux;
  • respect des principes d'une bonne nutrition.

Toute maladie est plus facile à prévenir qu'à guérir. L'adénocarcinome pulmonaire ne faisait pas exception. Un mode de vie sain et des examens médicaux réguliers aideront à éviter la pathologie ou à diagnostiquer la maladie à un stade précoce de développement, ce qui facilitera grandement le traitement.

Adénocarcinome pulmonaire: symptômes et traitement

Adénocarcinome pulmonaire - symptômes principaux:

  • Ganglions lymphatiques enflés
  • Manque d'air
  • Température baisse
  • Douleur à la poitrine
  • Perte de poids
  • Perte d'appétit
  • Cracher du sang
  • Fatigue
  • Puffiness du visage
  • Hémoptysie
  • Enrouement
  • Toux avec expectorations
  • Toux humide
  • Gonflement du cou
  • Odeur désagréable
  • Malaise à la poitrine

L'adénocarcinome du poumon (cancer du poumon glandulaire) est un cancer non à petites cellules, diagnostiqué dans 40% de toutes les maladies pulmonaires oncologiques. Le principal danger de ce processus pathologique est qu’il est asymptomatique dans la plupart des cas. Les hommes du groupe d'âge 50-60 ans sont les plus sensibles à la maladie. Avec un traitement initié en temps opportun ne provoque pas de complications.

Étiologie

Les cliniciens notent que cette maladie est le plus souvent diagnostiquée chez les hommes, ce qui peut être dû au coût du travail, à la consommation excessive de nicotine et d'autres produits du tabac.

L'étiologie de cette maladie est bien étudiée. Les facteurs prédisposants du processus oncologique sont les suivants:

  • fumer;
  • consommation excessive de boissons alcoolisées;
  • consommation systématique d'aliments gras, épicés, salés et de restauration rapide;
  • caractéristiques environnementales du lieu de résidence (situé à proximité d'installations industrielles, mauvaise situation environnementale en général);
  • inhalation de substances toxiques;
  • hormonothérapie longue;
  • maladie pulmonaire chronique;
  • prédisposition génétique.

Il convient de noter qu'un adénocarcinome du poumon modérément différencié peut également se développer chez les personnes ayant une expérience de tabagisme minime ou chez celles qui ne fument pas. Avec un système immunitaire affaibli, il suffit d'être un fumeur passif pour être à risque.

Classification

Le degré de différenciation distingue les formes de maladie suivantes:

  • modérément différencié;
  • hautement différencié;
  • mal différencié.

Pour les formes hautement différenciées, les maladies avec formation active de mucus. Le développement de la structure glandulaire-muqueuse est caractéristique de la forme modérée. L'adénocarcinome pulmonaire de bas grade est caractérisé par la présence de cellules polygonales formant du mucus.

En outre, selon l’étendue de la lésion, le développement du processus oncologique comporte quatre étapes:

  • le premier - il n'y a pas de métastases, la taille de la tumeur ne dépasse pas 3 centimètres;
  • la seconde - la taille de la tumeur atteint 6 centimètres, la présence de métastases dans les ganglions broncho-pulmonaires est diagnostiquée;
  • le troisième - la taille de la tumeur est supérieure à 6 centimètres, le processus oncologique capture tout le lobe du poumon;
  • quatrièmement, le processus tumoral s'étend au deuxième poumon, le développement de la pleurésie cancéreuse commence.

Le traitement est plus efficace dans la première ou la deuxième étape du développement de la maladie pulmonaire. Si le patient est diagnostiqué avec le quatrième degré de la maladie, il n'y a pas de rétablissement complet du tout. La thérapie dans ce cas vise à maintenir la vie du patient.

Symptomatologie

Au stade initial de développement de la maladie, dans la plupart des cas, asymptomatique. En outre, le tableau clinique peut différer des signes généraux en fonction de l'emplacement de la tumeur et du stade de la lésion.

Au fur et à mesure que la pathologie se développe, les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • toux prolongée avec expectorations, qui dégage une odeur désagréable;
  • inconfort et douleur à la poitrine;
  • manque d'air;
  • température corporelle instable;
  • gonflement du visage et du cou;
  • fatigue
  • perte d'appétit et, par conséquent, une forte perte de masse;
  • rauque dans sa voix;
  • hypertrophie des ganglions lymphatiques;
  • pleurésie fréquente.

En cas de croissance rapide de la tumeur, le patient peut développer une hémorragie pulmonaire. Avec ce tableau clinique, vous devez immédiatement consulter un médecin. L'automédication est strictement contre-indiquée.

Diagnostics

Un diagnostic précoce de cette maladie peut presque complètement guérir le patient. Cependant, cela est pratiquement impossible car, au stade initial, la maladie est asymptomatique.

Dans un premier temps, le médecin procède à un examen personnel et vérifie les antécédents du patient, si son état de santé le permet. Pour un diagnostic précis en utilisant les méthodes de recherche suivantes:

  • TDM et IRM du thorax;
  • examen sanguin général et biochimique;
  • cytologie des expectorations;
  • radiographie pulmonaire;
  • fluorographie;
  • biopsie;
  • bronchoscopie;
  • prélèvement de sang pour le test oncomarkers.

En fonction des résultats des tests, le médecin peut déterminer avec précision la sous-espèce et le stade de développement de ce processus pathologique.

Traitement

Le traitement de l'adénocarcinome pulmonaire n'a de sens que pendant les phases initiales du développement du processus oncologique. En général, la tactique de traitement est choisie en fonction de l'emplacement et du degré de dommage aux poumons droit ou gauche.

En règle générale, le traitement du cancer glandulaire peut inclure:

  • intervention opérable;
  • radiothérapie;
  • chimiothérapie.

Séparément, il est nécessaire d’attribuer un traitement chirurgical. En fonction du degré de dommage, l’une des méthodes suivantes est utilisée:

  • segmentectomie - élimination de la partie affectée du poumon seulement;
  • lobectomie - retrait du lobe du poumon;
  • pulmonectomie - prélèvement de tout l'organe.

En règle générale, le dernier type d'intervention opérable est utilisé uniquement à la troisième, parfois à la quatrième étape. Il convient de noter que l'opération n'est pas réalisée si les métastases sont situées près de la trachée ou si le patient présente des maladies concomitantes du système cardiovasculaire.

La pharmacothérapie, en tant que type de traitement séparé, n’est pas utilisée pour cette pathologie. En règle générale, le médecin prescrit des médicaments après la chirurgie afin que le corps du patient récupère le plus rapidement possible. Sur l'utilisation de la médecine traditionnelle, dans ce cas, il ne peut y avoir aucune question.

Prévisions

Les meilleurs pronostics pour le traitement sont donnés si le patient est diagnostiqué avec une maladie de stade 1-2. L'opération ou l'un des types de thérapie ci-dessus donne des résultats positifs. La survie globale est de 60 à 70%.

Avec le cancer dans la troisième étape, le pronostic n’est pas rassurant. L'opération peut entraîner une récupération partielle. Selon les statistiques, la survie globale à ce stade du cancer est de 20-25%.

Le quatrième stade de l'adénocarcinome pulmonaire a des prévisions extrêmement négatives. L'opération, dans ce cas, n'est pas effectuée. La thérapie vise uniquement à maintenir l’activité vitale d’une personne. Le taux de survie est de 2-3%.

Prévention

Prévenir le cancer du poumon glandulaire est beaucoup plus facile que guérir. Afin de minimiser le risque de développement d'un processus oncologique donné, les règles de prévention suivantes doivent être appliquées dans la pratique:

  • cesser complètement de fumer;
  • Évitez les séjours prolongés dans des zones poussiéreuses et mal ventilées;
  • traitement opportun et correct des maladies virales;
  • bonne nutrition;
  • exercice régulier modéré;
  • Évitez le contact avec des substances cancérigènes dangereuses, telles que l'arsenic, le radon, l'amiante et le nickel.

De plus, n'oubliez pas le passage régulier de la fluorographie. Cela aidera à détecter la maladie à un stade précoce, ce qui permet de la guérir complètement. Aux premiers symptômes devraient chercher l'aide médicale, et ne pas être traités indépendamment.

Si vous pensez avoir un adénocarcinome du poumon et les symptômes caractéristiques de cette maladie, vous pouvez alors vous faire aider par des médecins: pneumologue, oncologue.

Nous vous suggérons également d'utiliser notre service de diagnostic en ligne des maladies, qui sélectionne les maladies possibles en fonction des symptômes entrés.

La tuberculose pulmonaire est une maladie causée par une bactérie de l'espèce Mycobacterium découverte par Robert Koch en 1882. Ils sont 74 espèces, transmises par l'eau, le sol, d'une personne malade à une personne en bonne santé. Une forme de la maladie, à laquelle les gens sont le plus susceptibles, est précisément la tuberculose pulmonaire, en raison du fait que le principal type de transmission de bactéries est l’air.

Les alvéolites pulmonaires sont un processus pathologique au cours duquel les alvéoles sont affectées, suivies de la formation d'une fibrose. Dans ce trouble, le tissu de l'organe s'épaissit, ce qui empêche les poumons de fonctionner pleinement et conduit souvent à un déficit en oxygène. Les autres organes, à ce moment-là, ne reçoivent pas non plus complètement d'oxygène, ce qui constitue une violation du métabolisme.

Une tumeur médiastinale est un néoplasme dans l’espace médiastinal de la poitrine, dont la structure morphologique peut être différente. Les tumeurs bénignes sont souvent diagnostiquées, mais environ un tiers des patients ont un oncologie.

Le lymphome n'est pas une maladie spécifique. Ceci est un groupe entier de désordres hématologiques qui affectent sérieusement le tissu lymphatique. Étant donné que ce type de tissu est situé presque dans tout le corps humain, une pathologie maligne peut se former dans n’importe quelle région. Dommages possibles même aux organes internes.

La granulomatose de Wegener est un sous-type de vascularite nécrotique systémique, qui touche principalement les tissus et les vaisseaux des voies respiratoires supérieures. Les hommes et les femmes de 25 à 40 ans constituent le principal groupe à risque de ce processus pathologique. Avec une forme de pathologie généralisée, le pronostic clinique est extrêmement mauvais.

Avec l'exercice et la tempérance, la plupart des gens peuvent se passer de médicaments.

Pronostic vital de l'adénocarcinome pulmonaire

L'adénocarcinome du poumon est un type de cancer dont meurent quarante pour cent des patients atteints de cancer. Son apparence est inextricablement liée au tabagisme et traitée avec succès - mais seulement au début, lorsque les métastases ne se sont pas encore propagées vers d'autres organes.

Processus de développement et variétés

L'intérieur des poumons d'une personne est tapissé de tissu élastique - l'épiderme, qui s'étire facilement lorsqu'il est inhalé et comprimé lors de l'expiration. De là-haut, il est recouvert de minces villosités qui perçoivent les déchets qui y tombent et les dirigent vers l’extérieur avec les expectorations. Cependant, l'épiderme peut commencer à mourir:

  • Le tabagisme Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des personnes souffrant d'adénocarcinomes pulmonaires sont des fumeurs expérimentés. Les agents cancérigènes contenus dans la fumée brûlent littéralement la membrane muqueuse, en exterminant les villosités, ce qui permet de déposer facilement du laitier, des débris et de la poussière.
  • Prédisposition génétique. Si une personne a au moins trois membres de sa famille, elle a un cancer - en particulier un adénocarcinome du poumon -, elle est à risque et tout effet sur l'épithélium peut entraîner sa déformation.
  • Pneumosclérose État pathologique dans lequel, en raison de processus dégénératifs, l'épithélium normal commence à mourir et est remplacé par du tissu conjonctif.
  • Frappe constante dans les poumons, petites particules en suspension. En règle générale, le résultat de l'activité professionnelle - les personnes qui travaillent dans des entreprises de transformation du bois, l'orge et le foin, et la volaille sont constamment confrontés à cela.
  • Écologie. Les effets du smog, des radiations et de l'air pollué peuvent également avoir un effet très négatif sur l'épithélium des poumons.

Lorsque l'épithélium est remplacé par du tissu conjonctif, le processus se poursuit rapidement: les expectorations remplies de substances cancérigènes, la poussière et les débris ne sont plus excrétés, mais s'accumulent dans les poumons. Les cellules qui interagissent constamment avec elle sont empoisonnées et commencent à muter en cellules cancéreuses, après quoi nous pouvons parler du développement complet du cancer du poumon glandulaire, qui se divise en trois types:

  • Adénocarcinome du poumon mal différencié. Une tumeur est constituée à la fois de cellules solides et de cellules produisant du mucus. Il se propage rapidement, déjà au début des métastases.
  • Adénocarcinome du poumon modérément différencié. Il se compose principalement de tissu glandulaire, se propage modérément dans les premiers stades et avec une vitesse étonnante dans les suivants.
  • Adénocarcinome du poumon hautement différencié. Au début, les cellules tumorales diffèrent peu des cellules saines - le médecin peut souvent se tromper de diagnostic et ne le comprendre que lorsque la tumeur commence à se développer comme une avalanche.

Un carcinome pulmonaire à adénome peut se développer non seulement chez les gros fumeurs, mais aussi chez les fumeurs passifs.

Les personnes faiblement immunisées sont particulièrement susceptibles d'avoir - sans prendre une seule cigarette dans la bouche pendant toute leur vie, une personne peut soudainement découvrir des symptômes de cancer du poumon.

Symptômes et stades

Les symptômes du cancer du poumon ne sont pas visibles dès les premiers stades. C’est la principale insiduité de la maladie, qui ne peut souvent être détectée que très tardivement. Les deux premières étapes sont généralement caractérisées par des symptômes non spécifiques qu'une personne passionnée ou peu attentive à sa santé peut tout simplement ne pas remarquer:

  • l'appétit s'aggrave - le patient commence à manger moins que d'habitude;
  • en raison de la détérioration de l'appétit, la patiente perd progressivement du poids - une femme passionnée par les régimes peut même être heureuse au début;
  • faiblesse constante, somnolence - due à une inflammation interne;
  • fatigue, anxiété, insomnie - le cancer lui-même n’affecte pas autant que la privation d’oxygène qui le suit;
  • anémie progressive - suivie de dépression et de pâleur.

Lorsque l'adénocarcinome du poumon grandit, la personne présente des symptômes plus spécifiques, caractéristiques du cancer du poumon et effrayants:

  • longue toux déraisonnable, dans laquelle les expectorations sont perdues (s'il est possible de voir du sang dedans, cela indique que le processus est déjà allé très loin);
  • gêne thoracique - douleur pressante dans la région du poumon touché;
  • une hausse de température - souvent de seulement quelques dixièmes de degré - que la personne moyenne ne suit pas, mais qui s'accompagne de dépression et de faiblesse;
  • lymphadénopathie - apparaît lorsque les métastases les envahissent;
  • essoufflement, qui n'apparaît au début que pendant l'activité physique, puis de plus en plus souvent au repos.

Plus le processus est avancé, plus la douleur à la poitrine devient forte et plus il y a de sang dans les expectorations. Cela dépend de la rapidité avec laquelle on détecte un adénocarcinome du poumon et de la possibilité de le guérir. Ainsi, les stades de développement de la maladie affectent fortement le pronostic. Il y en a quatre:

  1. La tumeur ne dépasse toujours pas trois centimètres et se situe dans une partie particulière du poumon. La métastase n'est pas. Le patient ressent une légère somnolence et un manque d'appétit. A ce stade, le traitement est efficace: sept patients sur dix survivront.
  2. La tumeur atteint six centimètres et capture un segment pulmonaire. Les métastases se propagent aux tissus adjacents et commencent à saisir les ganglions lymphatiques. Le poids du patient chute et la douleur à la poitrine est légère. A ce stade, le traitement est moins efficace: cinq patients sur dix survivront.
  3. La tumeur augmente, les métastases capturent les ganglions lymphatiques - non seulement proches, mais aussi distants. Les premières cellules cancéreuses pénètrent dans le sang. La patiente commence à avoir de rares accès de toux avec expectorations sortantes. À ce stade, seuls les plus chanceux survivent - deux sur dix survivront.
  4. La tumeur recouvre entièrement le poumon, les métastases envahissent d'autres organes. Le patient souffre de douleurs à la poitrine et de toux sévère. À ce stade, une personne ne vivra pas longtemps - deux personnes sur cent survivront et cela sera considéré comme un grand succès.

Il est préférable de commencer le traitement aux stades initiaux, lorsque la tumeur est petite et concentrée dans une partie spécifique du poumon - à ce stade, elle peut encore être découpée. Au dernier stade, le traitement sera exclusivement symptomatique.

Traitement

L'adénocarcinome du poumon est un cancer qui, dans les phases initiales, est complètement traitable. Mais avant de commencer, vous devez diagnostiquer:

  • antécédents - le médecin découvre les symptômes du patient, demande s'il y a prédisposition au cancer;
  • examen physique - le médecin frappe à la poitrine et détermine la taille et l'emplacement approximatifs de la tumeur;
  • Radiographie ou tomographie - le médecin envoie le patient au laboratoire pour déterminer exactement où se trouve la tumeur et à quoi elle ressemble.
  • biopsie et marqueurs tumoraux - le médecin envoie au patient des tests pour déterminer l'ampleur de l'adénocarcinome sur le corps.

Lorsque toutes les procédures sont terminées, le médecin établit un plan de traitement, qui peut inclure:

  • Immunothérapie. La méthode la plus moderne, qui est utilisée uniquement aux premiers stades de la maladie, est injectée dans le sang du patient avec des moyens spéciaux qui ajustent le corps afin que les cellules cancéreuses ne soient pas nourries et meurent d'elles-mêmes.
  • Chimiothérapie. Des préparations spéciales sont injectées dans le sang et détruisent les cellules cancéreuses. Cependant, avec eux, ils affectent également les cellules saines du corps, car la chimiothérapie est utilisée lorsque l'adénocarcinome du poumon est déjà allé si loin qu'il n'y a rien à perdre - sinon le patient survivra à tout prix ou mourra.
  • Radiothérapie. Les cellules cancéreuses sont détruites par les radiations. Il est utilisé lorsqu'il n'y a plus d'autre espoir et que l'opération est contre-indiquée - les radiations affectent très négativement toutes les parties saines du corps et peuvent laisser une personne handicapée.
  • Opération Elle consiste à enlever la tumeur - ou une partie du poumon, atteinte du cancer. Très dur toléré par le corps, car sans une partie du poumon, les bronches restantes doivent prendre en charge tout le travail. Longtemps après, le patient souffre de douleur et d'étouffement - mais au moins il reste en vie.

Pour les patients chez lesquels l'adénocarcinome du poumon est au stade 4, l'opération est également utilisée - le poumon, qui est affecté par les métastases, est entièrement retiré. Après une telle intervention, la personne reste handicapée et peut également mourir si les métastases se sont propagées à d'autres organes. Mais il a toujours une chance fantomatique de survivre.

  • Thérapie symptomatique. Il aide à soulager la douleur et l’étouffement dont le patient souffre constamment. Le traitement de l'adénocarcinome est médiatisé, mais l'accompagne toujours.

Et ce n’est que si une personne ne survit pas avec une garantie que le traitement palliatif intervient - une anesthésie radicale conçue pour rendre les derniers jours d’une personne aussi acceptables que possible. À ses derniers stades, des analgésiques narcotiques sont nécessaires - rien ne peut être fait de plus pour atténuer la douleur.

Mais tout n’est pas si grave: à terme, l’adénocarcinome identifié est complètement guéri. L'essentiel est de surveiller de près votre santé et d'être examiné par un médecin tous les ans lors d'examens programmés.