Rhinite allergique - symptômes et schéma thérapeutique

La rhinite allergique est un processus inflammatoire de la muqueuse nasale qui survient à la suite d'une exposition à divers stimuli allergiques et, dans ce cas, à des allergènes.

En termes simples, la rhinite allergique est un nez qui coule causé par une réaction allergique. Sous l'influence des allergènes dans la muqueuse nasale commence l'inflammation, ce qui conduit à la maladie. Les statistiques montrent que la rhinite, ainsi que la toux allergique, est l’une des plaintes les plus fréquentes chez les patients qui contactent des allergologues.

Cette maladie survient le plus souvent chez les enfants d’âge préscolaire, lorsque l’enfant commence à rencontrer des substances pouvant causer des allergies. Cependant, les cas de rhinite allergique chez l'adulte ne sont pas rares - les symptômes et le traitement de ce que nous allons examiner dans cet article.

Les formulaires

En fonction de la gravité des manifestations allergiques, on distingue la rhinite:

  • doux - les symptômes ne sont pas très dérangeants (peuvent manifester 1 à 2 signes), n'affectent pas l'état général;
  • modérée - les symptômes sont plus prononcés, il y a un trouble du sommeil et une certaine baisse d'activité au cours de la journée;
  • sévère - symptômes douloureux, sommeil perturbé, diminution significative de l'efficacité, la performance de l'enfant à l'école s'aggrave.

La fréquence et la durée des manifestations sont distinguées:

  • périodique (au printemps, par exemple, pendant la floraison des arbres);
  • chronique - toute l'année lorsque les allergies sont associées à la présence constante d'allergènes
  • environnement (par exemple, allergie aux acariens).
  • intermittent - les épisodes aigus de la maladie ne durent pas plus de 4 jours. par semaine, moins de 1 mois

Avec la rhinite périodique, les symptômes ne persistent pas plus de quatre semaines. La rhinite chronique dure plus de 4 semaines. Cette maladie représente non seulement un énorme inconfort dans la vie quotidienne, mais peut également conduire au développement de l'asthme. Par conséquent, si vous remarquez une rhinite de nature allergique chez votre enfant ou chez votre enfant, vous devez commencer le traitement dès que possible.

Les causes

Pourquoi la rhinite allergique survient-elle et de quoi s'agit-il? Les symptômes de la maladie se manifestent lorsqu'un allergène pénètre dans les yeux et les voies nasales d'une personne présentant une hypersensibilité à certaines substances et à certains produits.

Les allergènes les plus populaires pouvant causer une rhinite allergique sont:

  • la poussière, alors que cela peut être à la fois la bibliothèque et la maison;
  • pollen végétal: de petites particules légères entraînées par le vent tombant sur la muqueuse nasale forment une réaction conduisant à une maladie telle que la rhinite.
  • les acariens et les animaux domestiques;
  • produit alimentaire spécifique.
  • spores fongiques.

La cause de la rhinite allergique persistante, qui dure un an, est due aux acariens domestiques, aux animaux domestiques et aux moisissures.

Symptômes de la rhinite allergique

Si les symptômes de la rhinite allergique chez l'adulte ne réduisent pas la performance et n'interfèrent pas avec le sommeil, cela indique un degré de gravité faible, une diminution modérée de l'activité quotidienne et le sommeil indique un degré de gravité modéré. Dans le cas de symptômes prononcés dans lesquels le patient ne peut pas travailler normalement, étudiez, faites des loisirs le jour et dormez la nuit, une rhinite sévère est diagnostiquée.

La rhinite allergique est caractérisée par les principaux symptômes suivants:

  • écoulement aqueux du nez;
  • démangeaisons et brûlures au nez;
  • éternuements, souvent paroxystiques;
  • congestion nasale;
  • le ronflement et le ronflement;
  • changement de voix;
  • désir de se gratter le bout du nez;
  • détérioration de l'odeur.

Avec la rhinite allergique à long terme due à l'écoulement abondant et constant de sécrétions du nez, à la perméabilité et au drainage des sinus paranasaux des tubes auditifs, des symptômes supplémentaires apparaissent également:

  • irritation de la peau des ailes du nez et des lèvres accompagnée de rougeurs et de gonflements;
  • saignements nasaux;
  • déficience auditive;
  • douleur à l'oreille;
  • toux;
  • maux de gorge.

En plus des symptômes locaux, il existe également des symptômes non spécifiques courants. C'est:

  • troubles de la concentration;
  • maux de tête;
  • malaise et faiblesse;
  • irritabilité;
  • maux de tête;
  • mauvais sommeil

Si vous ne commencez pas à traiter la rhinite allergique à temps, d'autres maladies allergiques peuvent alors se développer: première conjonctivite (d'origine allergique), puis asthme bronchique. Quoi qu'il arrive, vous devez commencer un traitement adéquat à temps.

Diagnostics

Pour le diagnostic de la rhinite allergique devra:

  • une étude clinique des taux sanguins d'éosinophiles, de plasmocytes et de mastocytes, de leucocytes, d'anticorps IgE généraux et spécifiques;
  • techniques instrumentales - rhinoscopie, endoscopie, tomographie assistée par ordinateur, rhinomanométrie, rhinométrie acoustique;
  • des tests cutanés visant à identifier les allergènes significatifs, ce qui aide à établir la nature exacte de la rhinite allergique;
  • études cytologiques et histologiques des sécrétions nasales.

La chose la plus importante dans le traitement est d'identifier la cause de l'allergie et, si possible, d'éviter le contact avec l'allergène.

Que faire avec la rhinite allergique toute l'année

La rhinite causée par une réaction allergique se manifeste tout au long de l’année. Un tel diagnostic est généralement posé à une personne si des exacerbations aiguës du rhume se produisent au moins deux fois par jour pendant neuf mois par an.

Dans ce cas, vous devez suivre certaines recommandations:

  • évitez de vous rincer la bouche.
  • assommer des couvertures et des oreillers.
  • Ne pas utiliser les gouttes d'un rhume.
  • effacez votre nez de mucus.
  • non fumeur
  • hebdomadaire pour effectuer le nettoyage humide de l'appartement.
  • utiliser une literie en fibres synthétiques.
  • bien ventiler le lit.
  • Débarrassez-vous des sources majeures de poussière domestique.

Le développement de cette maladie repose le plus souvent sur une concentration élevée d'allergène, qui affecte depuis longtemps le corps humain.

Traitements contre la rhinite allergique

Sur la base des mécanismes de développement de la rhinite allergique, le traitement des patients adultes devrait être dirigé vers:

  • élimination ou réduction du contact avec des allergènes de cause importante;
  • élimination des symptômes de la rhinite allergique (pharmacothérapie);
  • mener une immunothérapie spécifique aux allergènes;
  • l'utilisation de programmes éducatifs pour les patients.

La tâche principale consiste à éliminer le contact avec l'allergène identifié. Sans cela, tout traitement n'apportera qu'un soulagement temporaire, plutôt faible.

Antihistaminiques

Presque toujours pour le traitement de la rhinite allergique chez les adultes ou les enfants doivent prendre des antihistaminiques à l'intérieur. Il est recommandé d'utiliser des médicaments des deuxième (zodak, tsetrin, claritin) et des troisième (zyrtek, Erius, telfast) générations.

La durée du traitement est déterminée par un spécialiste, mais est rarement inférieure à 2 semaines. Ces pilules contre l'allergie n'ont pratiquement pas d'effet hypnotique, ont un effet prolongé et soulagent efficacement les symptômes de la rhinite allergique dans les 20 minutes qui suivent l'ingestion.

Souffrant de rhinite allergique montre une administration orale de Tsetrin ou de Loratadine et 1 tableau. par jour Cetrin, Parlazin, Zodak peuvent être pris par les enfants à partir de 2 ans au sirop. Le plus puissant antihistaminique à ce jour est Erius, l'ingrédient actif Desloratadine, qui est contre-indiqué pendant la grossesse et que le sirop peut être pris chez les enfants de plus d'un an.

Lavage nasal

En cas de rhinite allergique saisonnière, le traitement doit être complété par un bain de nez. À ces fins, il est très pratique d’utiliser un appareil Dolphin bon marché. En outre, vous ne pouvez pas acheter de sacs spéciaux contenant une solution de lavage, mais préparez-vous vous-même - ¼ de c. À thé de sel pour un verre d’eau, ainsi que ¼ de c. À thé de soude, quelques gouttes d’iode.

Le nez est souvent lavé avec des embruns d'eau de mer - Allergol, Aqua Maris, Kviks, Aqualor, Atrivin-More, Dauphin, Gudvada, Physiomer, Marimer. L'eau de mer, d'ailleurs, aide parfaitement avec un rhume.

Gouttes de vasoconstricteur

Ils n'ont que des effets symptomatiques, réduisent le gonflement des muqueuses et la réponse vasculaire. L'effet se développe rapidement, même s'il est court. Le traitement de la rhinite allergique chez les enfants est recommandé sans fonds locaux vasoconstricteurs. Même une petite surdose peut amener un bébé à arrêter de respirer.

Stabilisateurs membranaires mastocytaires

Permet d'éliminer les processus inflammatoires dans la cavité nasale. Souvent utilisé des pulvérisations qui ont un effet local.

Ceux-ci incluent Croons - Kromoheksal, Kromosol, Kromoglin. Ces médicaments empêchent également le développement d'une réponse immédiate à l'allergène et sont donc souvent utilisés en tant qu'agent prophylactique.

Désensibilisation

Méthode consistant à administrer par étapes un allergène (par exemple, un extrait de pollen de graminées) en doses croissantes sous l’épaule du patient. Au début de l'injection sont faites à des intervalles d'une semaine, puis toutes les 6 semaines pendant 3 ans.

En conséquence, le système immunitaire du patient ne répond plus à cet allergène. La désensibilisation est particulièrement efficace si une personne est allergique à un seul allergène. Vérifiez auprès de votre médecin s’il est possible de réduire la sensibilité de votre système immunitaire à l’allergène.

Enterosorbants

En outre, en cas de rhinite allergique, le traitement avec enterosorbents a un effet positif - Polifan, Polysorb, Enterosgel, Filtrum STI (instructions) sont des moyens qui aident à éliminer les toxines, les toxines et les allergènes du corps, qui peuvent être utilisés dans le traitement complexe des manifestations allergiques.

Il convient de rappeler que leur utilisation ne doit pas dépasser 2 semaines et que la réception doit être effectuée séparément des autres médicaments et vitamines, leur action et leur digestibilité étant réduites.

Médicaments hormonaux

La maladie est traitée avec des médicaments hormonaux uniquement en l'absence d'effet des antihistaminiques et du traitement anti-inflammatoire.Les médicaments avec des hormones ne sont pas utilisés pendant une longue période et seul un médecin doit les choisir pour son patient.

Prévisions

Pour la vie, le pronostic est bien sûr favorable. Mais s'il n'y a pas de traitement normal et correct, la maladie va certainement progresser et se développer, ce qui peut se traduire par une augmentation de la gravité des symptômes de la maladie (irritation de la peau sous le nez et au niveau des ailes du nez, apparition d'une toux dans la gorge, on observe une toux, la reconnaissance de l'odeur se détériore, saignements nasaux, maux de tête graves) et en élargissant la liste des stimuli allergènes de cause significative.

Rhinite allergique - symptômes, traitement et prévention

La rhinite allergique est une inflammation de la muqueuse nasale caractérisée par un écoulement nasal, une insuffisance respiratoire, des éternuements, qui est causée par l’effet de divers allergènes sur le corps humain.

Une autre solution est une réaction inadéquate du corps humain aux facteurs exogènes (externes) - pollen, substances odorantes, poils d’animaux, ainsi qu’aux facteurs endogènes (internes) - aliments allergènes et à certains médicaments. Cette maladie survient généralement au printemps et en été, et des facteurs endogènes sont souvent à l'origine du développement d'un processus chronique.

La maladie est répandue. Selon différentes sources, cette forme d'allergie affecte 8 à 12% de tous les habitants de la planète. Se développe habituellement à un jeune âge (10-20 ans). À un âge plus avancé, la gravité des manifestations peut diminuer, mais les patients ne sont généralement pas complètement guéris.

Les causes

Les causes courantes du développement de la rhinite sous l'influence d'un allergène incluent un certain nombre de maladies et d'états physiologiques d'une personne:

  1. Prédisposition héréditaire;
  2. ARI souvent récurrent;
  3. Prescription abusive et fréquente d'antibiotiques pour le traitement du rhume;
  4. Anomalies de développement et déformations acquises de la cavité nasale;
  5. Contact prolongé avec des allergènes forts;
  6. Une augmentation de la perméabilité de la couche muqueuse des voies nasales, pouvant être causée par certaines maladies;
  7. Basse pression sanguine, coagulation sanguine accrue.

La manifestation de la congestion nasale dans l'enfance, causée par un allergène, survient le plus souvent chez les bébés qui ont un trouble métabolique, des maladies du système digestif.

Les étapes

Le cours de la maladie présentée chez un enfant et un adulte peut se produire en plusieurs étapes:

Les symptômes

La rhinite allergique se manifeste par une variété de symptômes. Certaines apparaissent quelques minutes après le contact avec l’allergène, d’autres se développent au bout de quelques jours, voire de plusieurs semaines.

Premiers signes typiques de la maladie:

  1. Décharge du nez (rhinorrhée, nez qui coule). Les rejets sont généralement clairs et aqueux. Par la suite, ils s'épaississent et lorsque l'infection bactérienne se joint, ils deviennent jaunes ou verts;
  2. Une des principales plaintes des patients - nez bouché avec des allergies. Cela est dû au gonflement persistant prononcé des muqueuses;
  3. Gêne, démangeaisons, chatouillement et chatouillement dans le nez et la gorge;
  4. Éternuement constant. Ce symptôme peut apparaître dans la première minute après avoir rencontré l'allergène;
  5. Presque immédiatement, les yeux des patients sont larmoyants, car il y a un blocage dans le canal nasolacrimal qui relie le nez et l’orbite;
  6. Les oreilles de la congestion. Un gonflement du nez provoque un blocage de la trompe d'Eustache et le patient commence à se plaindre de la sensation "comme s'il était assis dans un tonneau".

Plus tard, d'autres signes de pathologie sont ajoutés:

  1. Irritabilité de la conjonctive de l'œil et photophobie;
  2. La congestion des oreilles et des problèmes d'audition. Se produit en raison de l'œdème des tubes auditifs qui relient la cavité nasale et l'oreille moyenne. Dans ce contexte, l’otite moyenne se développe souvent;
  3. Toux sèche. Se produit en raison d'une respiration buccale non physiologique, car le nez est bouché;
  4. Troubles de l'odorat. Cela peut être transitoire, mais progressivement, il se produit une perte partielle ou totale de ce sentiment.
  5. Faiblesse, fatigue, troubles de la concentration, problèmes de sommeil et d’appétit.

Dans l'enfance, les manifestations de la maladie sont plus prononcées. Le manque de respiration nasale adéquate peut perturber la croissance normale du squelette facial.

Diagnostics

Pour déterminer la méthode efficace de traitement, vous devez consulter un allergologue. Un allergologue aura une histoire pour aider à déterminer la cause des symptômes.

À la réception, vous devez informer le médecin en détail de son mode de vie, de ses conditions professionnelles, de la présence d'animaux domestiques dans son appartement, de maladies allergiques chez ses proches et décrire la fréquence et la gravité des symptômes. Après la conversation, le médecin traitant vous prescrira un test cutané.

Comment traiter la rhinite allergique?

Malheureusement, tous les médicaments pour la rhinite allergique ne sont utilisés que pour soulager les symptômes: ils réduisent le froid, réduisent l'enflure, la congestion nasale, les larmoiements et les démangeaisons. Jusqu'à présent, la médecine ne savait pas comment se débarrasser définitivement des allergies, car les causes profondes et les mécanismes de déclenchement d'une réponse aussi inadéquate du système immunitaire de l'organisme n'étaient pas connus.

Par conséquent, tous les médicaments, sprays, gouttes provenant de la rhinite allergique sont utilisés comme agents symptomatiques, atténuant les manifestations des allergies, mais ne pouvant pas modifier la réponse du corps à un allergène. Qu'est-ce que l'industrie pharmaceutique peut offrir aujourd'hui pour le traitement de la rhinite allergique?

  • Antihistaminiques (Suprastin, Zodak). La rhinite allergique chez l'adulte implique généralement la prise de comprimés de la génération II-III, qui ne provoquent pas d'effet sédatif. Les sirops sont préférés pour les bébés. Les meilleurs médicaments: Zyrtec, Claritin, Erius.
  • Antagonistes des leucotriènes (Accol).Les comprimés servent de composants supplémentaires dans le traitement de la sensibilisation.
  • Gouttes vasoconstricteurs pour la rhinite allergique. L'abus de ces agents est inacceptable en cas de rhinite allergique. Ils peuvent être utilisés pour réduire le gonflement du nasopharynx, réduire le mucus, mais pas plus de 5 jours, ou seulement dans de rares cas. Naphthyzinum, Galazolin, Tizin, Nazol, Vibrocil sont des gouttes de rhinite allergique. Ils n’ont pas d’effet thérapeutique, ils facilitent seulement la respiration.
  • Corticostéroïdes (Dexaméthasone). Les comprimés sont utilisés extrêmement rarement en raison des effets néfastes sur le corps. La réception est appropriée en l’absence d’autres méthodes de traitement.
  • Désensibilisation à certains allergènes. Le traitement par hyposensibilisation est largement utilisé dans les cas où l’allergène exact qui provoque la rhinite allergique chez un patient est connu. Si les antihistaminiques ne sont pas suffisamment efficaces ou contre-indiqués, le patient reçoit des doses d'extrait d'allergène sous la peau, en les augmentant progressivement, ce traitement peut durer jusqu'à 5 ans, avec administration hebdomadaire d'allergènes. Cependant, cette méthode de traitement est contre-indiquée pour les personnes souffrant d'asthme ou de maladies cardiovasculaires.
  • Enterosorbents (Enterosgel, Filtrum). Éliminez les toxines (y compris les allergènes) du corps. La réception est limitée à 2 semaines. Utilisé en combinaison avec d'autres moyens.

Traitement de la rhinite allergique chez l’adulte:

  1. Avec une variante légère de la rhinite, il suffit d’arrêter l’action de l’allergène, de donner au patient des antihistaminiques par voie orale (comprimés, sirop, gouttes) et un vasoconstricteur nasal pendant cinq jours.
  2. La rhinite intermittente de gravité modérée nécessitera un traitement plus prolongé (jusqu’à un mois) et l’ajout de glucocorticoïdes dans les gouttes nasales. La même tactique est suivie dans le traitement de la rhinite persistante (permanente).

Si, après un mois de traitement, la rémission n’est pas atteinte, réexaminez le diagnostic (excluez la pathologie ORL, par exemple, la sinusite), augmentez l’utilisation de glucocorticoïdes.

Que faire à la maison?

Les principales recommandations sont les suivantes.

  1. Restriction de contact avec le stimulus. Pour se débarrasser de la rhinite allergique, il suffit d'éliminer l'irritant. Si vous avez du mal à le trouver, contactez un spécialiste qui vous aidera.
  2. Air pur. Pour éliminer la manifestation allergique, il est nécessaire de se débarrasser de tous les peluches, oreillers et couvertures. Chaque jour, vous devez nettoyer la pièce avec des désinfectants. Dans la mesure du possible, il est également important de ventiler la pièce et d'humidifier l'air. Vous pouvez acheter des purificateurs d'air spéciaux à la maison.
  3. Flushing voies nasales. Dès que vous commencez à montrer une rhinite allergique, il est nécessaire de vous laver immédiatement le nez. Pour ce faire, vous pouvez acheter des médicaments spéciaux sous forme d’Aqualore ou de Dauphin, et vous pouvez préparer une solution à la maison. Pour cuisiner, vous avez besoin d'un verre d'eau, de sel, de soda et d'une goutte d'iode. Au cours de la période d'exacerbation, la procédure doit être effectuée jusqu'à six fois par jour.

Prévention

L'aspect principal du traitement de la rhinite allergique est l'élimination ou la réduction du contact avec l'allergène provoquant le développement de la maladie. Des recommandations individuelles sont formulées pour chaque patient après l'identification de l'allergène en cause. La nature des mesures préventives dépend du type d'allergène.

Ainsi, pendant la période d'exacerbation de l'allergie au pollen, il est recommandé aux patients de changer de lieu de résidence dans la zone où les plantes responsables ne poussent pas et s'il est impossible d'essayer de quitter la pièce uniquement après le déjeuner, lorsque la concentration de pollen dans l'air diminue. L'allergie alimentaire implique l'exclusion complète des produits pour lesquels le patient a eu des tests positifs (test d'allergie).

L'allergie à la poussière permet un nettoyage continu de la pièce par voie humide. Durant cette période, il convient de porter un masque spécial pour éviter la présence d'allergènes sur les muqueuses.

Rhinite allergique

Informations générales

La rhinite allergique ou rhinite allergique est une inflammation de la membrane muqueuse de la cavité nasale qui se produit lorsque des allergènes pénètrent dans le corps humain lorsqu’ils sont exhalés à travers la membrane muqueuse de la cavité nasale. L'allergène est le pollen de plante, la poussière de maison, contenue en grande quantité dans les tapis, les livres et autres lieux. Cette maladie est l'une des plus répandues au monde. En Russie, par exemple, selon les statistiques, la rhinite d'origine allergique touche 11 à 24% de la population.

Les principaux facteurs de rhinite allergique sont les allergènes aéroportés. Ils sont généralement divisés en trois groupes:

  • aéroallergènes de l’environnement - pollen végétal;
  • aéroallergènes d'habitation - acariens contenus dans la poussière de maison ou les poils d'animaux, insectes, allergènes de moisissures et de levure, certaines plantes d'intérieur et produits alimentaires;
  • allergènes professionnels.

Les points de départ peuvent être: nourriture épicée, situations stressantes, refroidissement excessif du corps, surcharge émotionnelle. Souvent, la cause peut être une prédisposition génétique.
La forme de la rhinite allergique est divisée en trois classes:

  • rhinite allergique saisonnière (intermittente) - une allergie au pollen des plantes à fleurs et des arbres dans l'air. Etant donné que le pollen peut être disséminé par le vent sur de très longues distances, il est impossible d'éviter complètement le contact avec le pollen. Il existe donc des chances de réduire le danger.
  • Rhinite allergique persistante - peut apparaître toute l'année. La raison en est la poussière de maison, ou plutôt les acariens microscopiques, vivant dans la poussière ou la laine de certains animaux. Manifestations de rhinite allergique à longueur d’année, généralement un peu plus faible que la saison.
  • rhinite professionnelle sur les irritants allergiques - survient chez les personnes travaillant dans certaines conditions, elle peut également apparaître de la poussière, mais la nature exacte de son apparence n'a pas été étudiée.

Pour les manifestations cliniques émettent:

  • une forme légère qui est insignifiante et le patient peut se passer de traitement;
  • modéré - dans ce cas, les symptômes de la rhinite allergique peuvent détériorer considérablement la qualité de vie et nuire au patient;
  • forme grave - le patient est dans un état grave, ne peut pas vivre normalement et travaille ou étudie pleinement, la maladie perturbe le sommeil.

Symptômes de la rhinite allergique

Tout d’abord, en ce qui concerne les symptômes de la rhinite allergique, nous devons répertorier les signes qui ne peuvent pas rester sans surveillance et consulter un médecin:

  • démangeaisons fréquentes du nez;
  • éternuements, souvent paroxystiques;
  • congestion nasale, nez qui coule, pire la nuit;
  • les écoulements aqueux du nez, en cas d'infection attachée, peuvent revêtir un caractère mucopurulent;
  • gonflement du nasopharynx, perte de l'odorat;
  • toux paroxystique et maux de gorge;
  • rougeur et suppuration des yeux, parfois des cercles ou des gonflements apparaissent sous les yeux.

Prendre des antihistaminiques soulage généralement l'état du patient.

Ces symptômes de rhinite allergique ne sont pas uniques à cette maladie. Toutes les rhinites ont des symptômes similaires, chacun nécessitant un traitement spécifique, il est donc conseillé de poser un diagnostic précis par un allergologue.

Diagnostic de la rhinite allergique

Pour confirmer le diagnostic de rhinite allergique, il est nécessaire d'analyser un frottis nasal sur des éosinophiles. La présence d'éosinophiles dans un frottis de plus de 5% de toutes les cellules détectées indique une cause allergique de congestion nasale.

À l'avenir, pour clarifier le diagnostic, il est nécessaire d'identifier la substance qui cause les symptômes et qui est à l'origine de la rhinite allergique - un allergène de cause significative.

Le diagnostic de la rhinite allergique a deux variétés: la production de tests cutanés et un test sanguin spécial.

Mise en scène des tests cutanés. Une condition préalable est que dans 5 jours tout médicament antihistaminique soit arrêté et que le patient soit âgé de 4 à 50 ans. Plusieurs petites coupures sont appliquées sur l'avant-bras, dans lesquelles 1 à 2 gouttes d'un allergène spécifique sont déversées. Après un certain temps (15-30 minutes), une inspection et une mesure de la bulle émergente sont effectuées. Le test cutané fait partie des diagnostics d'allergie fiables, courants et économiques. Le test n'est pas effectué enceinte et allaitant.

Le test sanguin est commun pour les immunoglobulines spécifiques des IgE spécifiques. Le niveau d'IgE totales au moment de la naissance d'une personne est d'environ zéro et augmente progressivement à mesure qu'il mûrit. Chez l'adulte, un indicateur supérieur à 100-150 U / l est considéré comme élevé. La méthode n'est pas particulièrement courante en raison du coût élevé de la recherche, le coût du panel d'allergènes s'élève à 16 000 roubles. Un autre inconvénient est le manque de fiabilité, donne souvent des résultats faussement positifs.

Avec les allergènes qui ont donné une réaction cutanée positive, ils effectuent également un test de provocation par voie intranasale. Un tel diagnostic de la rhinite allergique doit provoquer une réaction de l'organisme. Pour ce faire, on injecte 2 à 3 gouttes d'eau distillée dans une narine, puis la concentration en allergène de test augmente progressivement: 1: 100, 1:10 et la solution entière. Si, au bout de 15 à 20 minutes, une réaction apparaît (congestion, éternuement, brûlure, écoulement nasal), le test est considéré comme positif.

Il est possible de mener des études sur les méthodes radio-allergosorbantes, radio-immunes, immunosorbantes liées à une enzyme ou chimioluminescentes. Toutefois, en raison de leur coût élevé, ces méthodes ne sont pas largement utilisées.

Traitement de la rhinite allergique

Le traitement consiste à éliminer l'inflammation allergique des muqueuses et à effectuer un traitement spécifique à l'allergène.

Dans les formes légères et modérées de rhinite allergique, un traitement antihistaminique est utilisé, de préférence avec le deuxième médicament (claritine, cetrin, zodak) ou le troisième médicament (zyrtek, telfast, erius). Nommé à l'intérieur une fois par jour conformément aux doses recommandées selon l'âge. Durée de la réception au moins 2 semaines.

Si le traitement de la rhinite allergique ne donne pas l'effet recherché, prescrire des dérivés de cromoglycate de sodium (Kromoheksal, Kromoglin, Kromosol). Les médicaments sont disponibles sous forme de sprays, un effet tangible est perceptible au plus tôt après 5 à 10 jours.

L'immunothérapie spécifique aux allergènes est prescrite aux patients présentant des contre-indications à ces médicaments. Le traitement est effectué par un allergologue à l'hôpital. La signification du traitement est le maintien de petites doses de l'allergène, qui augmentent progressivement, permettant ainsi de développer la tolérance d'un organisme à l'allergène. Dans le même temps, essayer de soulager les symptômes de la rhinite allergique.

Les personnes souffrant de rhinite allergique doivent savoir qu'un traitement est nécessaire, même dans les cas bénins, sinon la maladie pourrait revêtir de nouvelles formes plus sévères, telles que l'asthme bronchique.

Rhinite allergique. Rhinite allergique

La rhinite allergique ou la rhinite allergique est l'une des maladies les plus courantes pour lesquelles un allergologue ou un immunologiste vient voir un médecin. L'article présenté contient toutes les informations nécessaires sur les symptômes, le diagnostic et le traitement de la rhinite allergique. Après l'avoir lu, vous pouvez affirmer sans crainte que j'en sais maintenant suffisamment sur la rhinite allergique. L'article est destiné aux patients, à leurs familles et à toutes les personnes intéressées par ce problème.

La rhinite allergique (rhinite allergique) est une inflammation de la muqueuse nasale basée sur une réaction allergique. La rhinite allergique ou le nez qui coule se manifeste habituellement par un éternuement, une rhinorrhée (écoulement actif du nez d'une sécrétion aqueuse), une sensation de démangeaison dans le nez, une obstruction de la respiration nasale.

Selon les statistiques médicales, la rhinite allergique en Russie représente entre 11 et 24% de la population totale.

La cause de la rhinite allergique

La base de la maladie est une réaction allergique et, pour être plus précis, le type immédiat d'hypersensibilité. Ce terme désigne la majorité des processus allergiques, dont les symptômes se développent de quelques secondes à 15-20 minutes à partir du moment du contact avec l'allergène (substance provoquant une réaction allergique). La rhinite allergique est incluse dans ce que l’on appelle les trois grandes maladies allergiques. En plus de la rhinite allergique, il comprend la dermatite atopique et l'asthme bronchique allergique.

Allergènes possibles pouvant causer une rhinite allergique:

  • poussière de maison ou de bibliothèque;
  • acariens de la poussière de maison;
  • allergènes d'insectes;
  • pollen végétal;
  • allergènes de moisissure et de levure;
  • certains aliments;
  • médicaments.

La prédisposition génétique est un facteur de risque pour le développement de la rhinite allergique.

Symptômes de la rhinite allergique

Les principaux symptômes et signes de la rhinite allergique sont les suivants:

1) éternuements, souvent paroxystiques;
2) la présence de décharge du nez aqueux, nature transparente. Lors de l'apparition d'une infection secondaire, le caractère de l'écoulement nasal peut devenir mucopurulent;
3) le nez qui pique;
4) La respiration nasale obstruée est moins fréquente et est caractéristique, en règle générale, des formes sévères de rhinite allergique. La congestion nasale est souvent pire la nuit.

Aspect caractéristique du patient lors de l'exacerbation d'une rhinite allergique. On note un gonflement du visage, la respiration nasale est difficile, le patient respire principalement par la bouche. Les yeux sont souvent rouges, éventuellement déchirants. Parfois, il y a des cernes sous les yeux. Les patients atteints de rhinite allergique peuvent souvent et involontairement se frotter le bout du nez avec la paume de la main. Ce symptôme s'appelait "salut allergique".

La rhinite allergique, en règle générale, se manifeste pour la première fois dans l’enfance ou à l’adolescence. Parmi les proches parents du patient atteint de rhinite allergique, il est souvent possible d'identifier les personnes atteintes de maladies allergiques.

En fonction de l'intensité des symptômes, on distingue une rhinite allergique légère, modérée et grave. Si les symptômes de la rhinite allergique ne réduisent pas la performance et n'interfèrent pas avec le sommeil, ils parlent de gravité légère; si l'activité quotidienne et le sommeil sont modérément réduits, on dit qu'ils sont de gravité modérée et en cas de symptômes prononcés de rhinite allergique sévère.

En fonction de l'étendue des symptômes de la maladie, je distingue les rhinites allergiques saisonnières (symptômes uniquement durant la période printemps-été). La rhinite allergique saisonnière survient le plus souvent à la suite d'une allergie au pollen, moins souvent aux spores de moisissures.
Les patients peuvent souvent spécifier eux-mêmes les facteurs provoquant (manifestations de la rhinite allergique). Cela peut être le contact avec des animaux, le nettoyage de l'appartement, le fait d'être dans une pièce poussiéreuse, de sortir à la campagne un jour d'été, etc.

Les médicaments antihistaminiques d'essai apportent souvent un soulagement temporaire.
Souvent, les symptômes d'une rhinite allergique sont combinés aux règles de la conjonctivite allergique, parfois ils sont des précurseurs de l'asthme.

Presque toutes les rhinites ont des symptômes similaires, à l'exception de quelques nuances, et on en connaît environ dix (rhinite infectieuse, rhinite hormonale, rhinite d'origine médicamenteuse, rhinite psychogène, rhinite atrophique, rhinite professionnelle, etc.). Chacun d'entre eux nécessite ses propres interventions thérapeutiques, un traitement individuel. Par conséquent, un diagnostic précis devrait toujours fournir un spécialiste.

En règle générale, les patients utilisent des médicaments vasoconstricteurs sur une très longue période et, avec le temps, leur consommation peut aggraver l'évolution de la maladie. De nombreuses personnes souffrant de rhinite allergique ont une sensibilité accrue à des irritants tels que les odeurs fortes, les produits chimiques ménagers, la fumée de tabac.

Quels tests devront passer si vous soupçonnez une rhinite allergique

Si vous soupçonnez une rhinite allergique, vous devez immédiatement consulter deux spécialistes des allergologues immunologistes et ORL. Un allergologue sera en mesure de confirmer avec précision ou, au contraire, d'exclure la nature allergique des problèmes nasaux, et le médecin ORL sera en mesure d'identifier la pathologie concomitante des organes ORL. La consultation oreille-nez-gorge ne doit pas être négligée, même si vous êtes sûr d'être allergique à 100%, car il existe souvent des problèmes combinés (par exemple, rhinite allergique et polliosis nasale ou rhinite allergique et sinusite). Dans ce cas, la prise de médicaments antiallergiques uniquement ne sera pas suffisamment efficace et une thérapie inadéquate menée contribuera à la pondération de la maladie.

Pour confirmer le diagnostic, il peut être demandé de passer un frottis nasal sur les éosinophiles ou un test sanguin pour la détermination du total des IgE (immunoglobuline E totale). La détection d'éosinophiles dans un frottis (plus de 5% de toutes les cellules détectées) ou une augmentation de l'immunoglobuline E totale (plus de 100 UI) indiqueront le caractère allergique de la congestion nasale.

La question la plus importante dans le diagnostic de la rhinite allergique est l’identification d’un allergène de causalité significative, c’est-à-dire la substance du contact avec qui provoque les symptômes ci-dessus. Pour cela, deux types de diagnostics sont le plus souvent utilisés:

1) mise en place de tests cutanés. L'un des types de diagnostic allergique les plus informatifs et les plus économiques. Elle doit être effectuée uniquement dans le bureau spécialement conçu pour cette procédure. Pendant l'examen, le patient fait plusieurs entailles (égratignures) sur la peau et 1-2 gouttes d'un allergène spécialement préparé coulent d'en haut. La réaction est évaluée dans les 15-30 minutes. Cette méthode a la plus grande précision, mais a plusieurs limitations. Donc, les tests cutanés ne sont pas faits au moment de l'exacerbation de la maladie, ils ne sont pas effectués enceintes ou allaitantes. L'âge optimal pour ce type d'étude est de 4 à 50 ans. Au moins 5 jours avant la procédure, annulez les antihistaminiques (suprastine, questine, etc.).

2) un test sanguin pour les immunoglobulines spécifiques E (spécifiques des IgE). C'est l'identification des allergènes par analyse de sang. Cette méthode est plus pratique que les tests cutanés. L'analyse peut être effectuée sur le fond de l'exacerbation et sur le fond de la prise de médicaments antiallergiques. Il n'est pas contre-indiqué chez la femme enceinte ou allaitante et chez les personnes souffrant d'affections cutanées courantes. Aucune limite d'âge. Cette méthode n'a que deux inconvénients: un coût assez élevé (de 2 000 à 16 000 roubles pour un panneau d'allergène ou 300 roubles pour un allergène) et une fréquence relativement élevée (jusqu'à 13-20% selon le fabricant de réactif) de résultats faussement positifs. Je me suis souvent heurté à des cas où des enfants de moins d'un an avaient, selon des analyses de sang, révélé des allergies aux fruits de mer (crabes, crevettes, moules, etc.) ou aux fruits exotiques. En même temps, les parents juraient que l'enfant n'avait même pas vu de telles friandises, c'est-à-dire qu'une allergie à eux était impossible en principe.

Par conséquent, si l'état le permet, vous devez toujours vous efforcer de formuler des tests cutanés.
Parfois, si vous n’êtes pas chanceux dans un établissement médical, on vous proposera peut-être de faire un don de sang pour la réaction de la leucose avec de la nourriture. Dans ce cas, il sera nécessaire d'apporter des échantillons de nourriture pour analyse. Cette méthode a une précision négligeable et il est inutile de s’entendre dessus. Les résultats peuvent être jetés immédiatement.

En plus des tests ci-dessus, si vous avez des doutes avec un médecin, vous pouvez également subir un test sanguin clinique, une radiographie des sinus, un frottis nasal sur la microflore et des champignons.

Rarement offert à passer rhinomanométrie antérieure. Cette méthode vous permet de déterminer l’atteinte des voies respiratoires supérieures.

Traitement de la rhinite allergique

La mise en place de mesures thérapeutiques, à savoir le traitement de la rhinite allergique, n’est possible qu’après confirmation de la nature de la maladie et établissement précis de sa nature allergique.

Le traitement de la rhinite allergique, comme d'ailleurs la plupart des autres maladies allergiques, comprend plusieurs composants.
1. Réduction de l'inflammation allergique sur les muqueuses.
2. Conduite d'un traitement spécifique aux allergènes.

Traitement anti-inflammatoire de la rhinite allergique

Le traitement anti-inflammatoire de la rhinite allergique est l'utilisation complexe d'un certain nombre de médicaments.

Souvent, pour le traitement de la rhinite allergique, les antihistaminiques sont prescrits par voie orale sous forme de comprimés ou de gouttes. Il est préférable d’utiliser des médicaments de la deuxième génération (tsetrin, claritin, zodak, kestin) et de la troisième génération (Erius, telfast, zyrtec). Ils sont administrés par voie orale, en doses d'âge, une fois par jour. La durée du traitement est déterminée par le médecin mais est rarement inférieure à 14 jours. Bien que ces médicaments contre les allergies soient délivrés dans des pharmacies sans ordonnance d'un médecin, vous ne pouvez pas les prescrire vous-même pendant une longue période. Cela est dû au fait que certains médicaments ont un effet cardiotoxique (effet négatif sur le cœur), un certain nombre d'entre eux pouvant inhiber les capacités cognitives (mentales). Bien entendu, le profil de sécurité le plus élevé concerne la dernière génération de médicaments, mais leur coût relativement élevé est souvent un facteur limitant, en particulier en cas d’utilisation prolongée.

Avec l'inefficacité des mesures précédentes pour le traitement de la rhinite allergique nécessite la nomination de "fonds locaux" qui affectent les muqueuses du nez.

Avec une légère gravité de la rhinite allergique, des dérivés de cromoglycate de sodium sont utilisés à cette fin (les noms commerciaux sont cromohexal, cromoglin, cromosol). Les médicaments sont produits sous la forme de sprays nasaux, prescrits pour 1-2 injections (1-2 gouttes) dans le nez 3 fois par jour pendant toute l'exacerbation. Il convient de noter que l’effet de la nomination d’un tel traitement ne se produit pas avant 5 à 10 jours (et parfois plus tard). Par conséquent, leur effet est plus prophylactique que curatif. Les médicaments de ce groupe sont souvent prescrits pour le traitement de la rhinite allergique chez les enfants ou d'une gravité légère de la maladie chez l'adulte. Le traitement de la rhinite allergique ne dure généralement pas moins de 2 à 4 mois. Peut-être toute l'année l'utilisation de drogues.

Par ailleurs, je voudrais souligner un médicament relativement nouveau, créé à partir de cellulose végétale - Nazaval. Le médicament est disponible sous forme de spray nasal et est prescrit 4 à 6 fois par jour. En conséquence, un microfilm est créé sur les muqueuses du nez, empêchant le contact des muqueuses avec l’allergène. Le médicament a une efficacité assez faible dans une exacerbation déjà et ne peut être recommandé que pour la prévention de la maladie.

En cas de grave sévérité de la rhinite allergique - les médicaments de choix sont les corticostéroïdes nasaux (aldécine, nasobek, beconaze, nazonex, fliksonaze, nazarel, benorine), produits sous forme de sprays nasaux. Les médicaments sont prescrits 1 à 2 fois par jour en doses d'âge. La durée du traitement est déterminée par le médecin. Une idée fausse sur la faible tolérance et les nombreux effets secondaires des glucocorticoïdes intranasaux est très courante. À ce jour, de nombreuses études internationales ont confirmé l'innocuité et l'efficacité de ces médicaments. Ils sont à la base du "standard de référence" pour le traitement de la rhinite allergique et ont aidé des centaines de milliers de patients dans le monde.

Une erreur courante dans le traitement de la rhinite allergique est l'utilisation à long terme de gouttes vasoconstrictrices pour faciliter la respiration nasale. Ce sont des médicaments comme la naphtyzine, le vibrocile, etc. L’usage prolongé de médicaments de ce groupe entraîne TOUJOURS le développement de rhinites médicales de gravité variable, dont le traitement peut nécessiter une intervention chirurgicale des voies nasales. L'utilisation d'agents vasoconstricteurs n'est recommandée qu'en cas de congestion nasale prononcée avant l'utilisation de glucocorticoïdes intranasaux. En général, il est conseillé de ne pas abuser des agents vasoconstricteurs nasaux avec le diagnostic établi de rhinite allergique.

Les patients qui répondent mal au traitement conservateur ou ont des contre-indications aux médicaments, il est conseillé de discuter de la possibilité d'une immunothérapie spécifique de l'allergène.

Traitement de la rhinite allergique spécifique aux allergènes

La manière la plus radicale de traiter la rhinite allergique consiste à effectuer un traitement spécifique à un allergène. Ce type de traitement n’est pratiqué que par des allergologues formés dans un hôpital ou une chambre d’allergie. La signification du traitement est l'introduction de petites doses de l'allergène à des concentrations progressivement croissantes afin de développer une tolérance (résistance) à celles-ci. L'administration parentérale (injectable) d'allergènes est le plus souvent pratiquée. En cas de succès, ce type de traitement peut permettre la disparition complète des symptômes de la rhinite allergique. Un début de traitement plus précoce augmente les chances de développer une tolérance complète aux allergènes et, par conséquent, une guérison complète de la maladie. L'émergence de cette méthode de traitement a permis de guérir complètement la rhinite allergique chez un certain nombre de patients.

Les méthodes de traitement chirurgical dans le traitement de la rhinite allergique sont rarement utilisées et uniquement en présence d'une pathologie ORL concomitante (courbure de la cloison nasale, etc.).

Les adeptes des méthodes de traitement homéopathique doivent faire attention au médicament Rinital (fabriqué en Allemagne) ou au rhinoshennai (Russie).

Traitement des remèdes populaires de rhinite allergique.

La rhinite allergique est l'une de ces maladies pour lesquelles la médecine traditionnelle ne peut rien faire. Actuellement, il n'existe pas de méthode véritablement efficace dans ce domaine qui puisse être recommandée à un large éventail de patients atteints de rhinite allergique. Un enthousiasme déraisonnable à l’égard de tels traitements peut entraîner une exacerbation de la maladie, l’infection secondaire (que seules les personnes ne se font pas prendre au nez et n’inondent pas) et retarde la nomination d’un traitement médicamenteux adéquat.

La seule méthode possible consiste à laver le nez avec de la saumure. (1/3 c. À thé de sel pour 1 tasse d'eau bouillie, rincer le nez 1 à 2 fois par jour). Mais même cette méthode apparemment inoffensive DOIT être associée à un traitement médicamenteux. En soi, son utilisation sera insuffisante.

Nutrition et mode de vie dans la rhinite allergique.

Le composant le plus important dans le traitement de la rhinite allergique est la réduction du contact avec les allergènes. Les recommandations sont formulées après le diagnostic de l'allergie et la détection d'un allergène de cause importante.

Par nature, les allergènes peuvent être des aliments (pour divers aliments), domestiques (poussière de maison, coussins de plumes, acariens de la poussière de maison), pollen (pour le pollen de plantes), épidermique (poils d’animaux, plumes d’oiseaux, etc.), fongique, industriel, etc.

La nature des mesures d'élimination dépend du type d'allergène.

Donc, lorsque les allergies alimentaires excluent les produits avec lesquels les tests étaient positifs pour le patient.
Avec les allergies au pollen dans la période d'exacerbation, les patients ne sont pas recommandés pour sortir de la ville, sur la nature. Il est préférable de quitter la maison au bout de 11 à 12 heures, lorsque la concentration de pollen dans l'air diminue. Il n'est pas recommandé d'ouvrir les fenêtres, surtout dans la première moitié de la journée. Il est conseillé de suspendre les épurateurs d'air. Ne conduisez pas dans une voiture avec des fenêtres ouvertes. N'utilisez pas de produits cosmétiques à base de plantes ou à base de plantes. L'événement le plus radical consiste à changer la région de résidence au moment de la floraison.

Il est prouvé que sur le littoral et dans les montagnes, la teneur en pollen est inférieure.

Pour les allergies domestiques, recommandez un nettoyage en profondeur au moins trois fois par semaine. Pendant le nettoyage, vous devez porter un masque qui empêche la pénétration d'allergènes de poussière sur les muqueuses. Les oreillers, les matelas et les couvertures doivent être fabriqués avec des matériaux hypoallergéniques ou placés dans des housses de protection spéciales. Il est recommandé de se débarrasser des tapis, carpettes, peluches et autres sources de poussière. Les stores sont préférés aux rideaux et aux rideaux épais, car ils sont plus faciles à nettoyer. Les meubles doivent être fabriqués à partir de matériaux qui peuvent souvent être essuyés. L'utilisation de purificateurs d'air a un effet positif. L'allergène de ménage le plus fréquent est l'acarien (environ 50 à 60% de tous les cas de sensibilisation du ménage). Par conséquent, lors du nettoyage, il est nécessaire d'utiliser des préparations acaricides qui les détruisent. La haute efficacité dans la lutte contre les allergènes ménagers a montré des aspirateurs avec des filtres HEPA.

Rhinite allergique pendant la grossesse

La survenue d'une grossesse chez environ un tiers des femmes contribue à l'exacerbation ou à la première manifestation de maladies allergiques. Cela entraîne généralement des difficultés particulières pour les médecins et, par conséquent, pour les patientes, du fait que la plupart des médicaments et un certain nombre de méthodes d’examen pendant la grossesse ne sont pas applicables.

Les symptômes de la rhinite allergique chez la femme enceinte ne diffèrent pas du classique. L'impact sur le fœtus n'est possible qu'avec des formes très graves de la maladie ou avec un traitement inadéquat.

L'identification de la cause de l'allergie n'est possible que par des tests sanguins (le sang pour les IgE spécifiques), les tests cutanés à ce moment sont contre-indiqués.

Traitement de la rhinite allergique pendant la grossesse:

Ils essaient de limiter le plus possible les antihistaminiques en raison de leurs effets potentiels sur le fœtus. Si nécessaire, la préférence est donnée aux médicaments de troisième génération (telfast) aux doses efficaces minimales. Le traitement local de la rhinite allergique commence par des dérivés de cromoglycate de sodium (cromohexal et médicaments similaires) ou des produits à base de cellulose végétale (Nazaval). Les corticostéroïdes nasaux ne doivent pas être administrés au cours du premier trimestre de la grossesse.

Rhinite allergique chez les enfants

La rhinite allergique chez les enfants, en règle générale, se manifeste sur l'âge de 3 ans, bien qu'il y ait des exceptions. Le plus souvent, la rhinite allergique survient chez les enfants qui ont noté des manifestations allergiques dans le passé (généralement en fonction du type de dermatite allergique ou atopique). Un tel changement dans les manifestations cliniques de l'allergie: de la dermatite atopique à la rhinite allergique, puis à l'asthme bronchique, est appelé marche atopique.

Les symptômes de la rhinite allergique chez les enfants sont presque les mêmes que chez les adultes. Caractérisé par une prévalence un peu plus élevée de sensibilisation (humeur allergique) aux allergènes alimentaires.

Traitement de la rhinite allergique chez les enfants:

Lors du choix du traitement, ils essaient de suivre un traitement par étapes, en commençant par le choix des médicaments «plus légers» et, par conséquent, avec un profil d'innocuité élevé des médicaments.

La thérapie spécifique aux allergènes donne le plus grand effet pendant l’enfance.

Complications possibles de la rhinite allergique et du pronostic

Le pronostic à vie est favorable. Mais en l’absence de traitement adéquat, la maladie peut évoluer, ce qui se traduit par une aggravation de la gravité des symptômes (irritation cutanée de la lèvre supérieure et / ou au niveau des ailes du nez, mal de gorge, toux, altération de la détection des odeurs, saignements de nez, maux de tête) et par l’extension du spectre. cause d'allergènes importants.

Prévention de la rhinite allergique

La prévention spécifique de la rhinite allergique, malheureusement, n'a pas été développée. Avec une maladie déjà développée, les mesures préventives sont réduites à l'élimination de l'allergène de l'environnement (voir Nutrition et mode de vie dans la rhinite allergique) et à un traitement adéquat.

Réponses aux questions fréquemment posées sur la rhinite allergique:

J'ai une rhinite allergique. Il y a des réactions à la poussière de bibliothèque. Est-ce que des tests cutanés? Les tests avec la fourrure de chat sont négatifs. Puis-je avoir un chat?

Les animaux sont des causes courantes d'allergies. En plus des allergies à la laine, une réaction à la salive, à l'épiderme (couche supérieure de la peau) et à des charges pour toilettes est possible. S'il n'y a pas d'allergie à la laine, cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'allergie aux autres "parties" du chat. De plus, les allergies peuvent se développer plus tard, quand un attachement psychologique à un animal de compagnie apparaît. La réponse est donc sans équivoque: non. Tout comme vous ne devriez pas commencer les chiens, poissons, chevaux, etc.

Peut-il y avoir une rhinite allergique sur les aliments?

L'allergie alimentaire est extrêmement rare chez les patients atteints de rhinite allergique (moins de 4 à 7% des cas). Mais un certain nombre de produits (chocolat, agrumes, fraises, champignons, poisson de mer, etc.) contiennent de l'histamine. Cette substance améliore l'inflammation allergique existante. L'abus de ces aliments pendant la période d'exacerbation augmentera les symptômes.
Dans tous les cas, si vous constatez un lien entre vos symptômes et l’utilisation de certains plats, consultez un médecin et passez un examen approprié.

La gymnastique respiratoire aide-t-elle Buteyko et Strelnikova à lutter contre la rhinite allergique?

Oui Cette méthode est efficace dans le traitement de la rhinite allergique.

Je suis allergique aux arbres en fleurs (symptômes au printemps). Mais au cours de la dernière année, les plaintes habituelles pour aggravation en août sont apparues. À quoi peut-il être connecté? Le climat change-t-il?

Vous semblez évoluer vers une maladie se manifestant par l'expansion du spectre des allergènes. Compte tenu du moment de la deuxième exacerbation, une attitude allergique au pollen des plantes difficiles à colorer (absinthe, quinoa, etc.) est apparue. Contactez votre professionnel de la santé pour corriger le traitement. Le climat n'a rien à voir avec.

La rhinite allergique ou la rhinite allergique est l'une des maladies les plus courantes pour lesquelles un allergologue ou un immunologiste vient voir un médecin. L'article présenté contient toutes les informations nécessaires sur les symptômes, le diagnostic et le traitement de la rhinite allergique. Après l'avoir lu, vous pouvez affirmer sans crainte que j'en sais maintenant suffisamment sur la rhinite allergique. L'article est destiné aux patients, à leurs familles et à toutes les personnes intéressées par ce problème.

La rhinite allergique (rhinite allergique) est une inflammation de la muqueuse nasale basée sur une réaction allergique. La rhinite allergique ou le nez qui coule se manifeste habituellement par un éternuement, une rhinorrhée (écoulement actif du nez d'une sécrétion aqueuse), une sensation de démangeaison dans le nez, une obstruction de la respiration nasale.

Selon les statistiques médicales, la rhinite allergique en Russie représente entre 11 et 24% de la population totale.

La cause de la rhinite allergique

La base de la maladie est une réaction allergique et, pour être plus précis, le type immédiat d'hypersensibilité. Ce terme désigne la majorité des processus allergiques, dont les symptômes se développent de quelques secondes à 15-20 minutes à partir du moment du contact avec l'allergène (substance provoquant une réaction allergique). La rhinite allergique est incluse dans ce que l’on appelle les trois grandes maladies allergiques. En plus de la rhinite allergique, il comprend la dermatite atopique et l'asthme bronchique allergique.

Allergènes possibles pouvant causer une rhinite allergique:

  • poussière de maison ou de bibliothèque;
  • acariens de la poussière de maison;
  • allergènes d'insectes;
  • pollen végétal;
  • allergènes de moisissure et de levure;
  • certains aliments;
  • médicaments.

La prédisposition génétique est un facteur de risque pour le développement de la rhinite allergique.

Symptômes de la rhinite allergique

Les principaux symptômes et signes de la rhinite allergique sont les suivants:

1) éternuements, souvent paroxystiques;
2) la présence de décharge du nez aqueux, nature transparente. Lors de l'apparition d'une infection secondaire, le caractère de l'écoulement nasal peut devenir mucopurulent;
3) le nez qui pique;
4) La respiration nasale obstruée est moins fréquente et est caractéristique, en règle générale, des formes sévères de rhinite allergique. La congestion nasale est souvent pire la nuit.

Aspect caractéristique du patient lors de l'exacerbation d'une rhinite allergique. On note un gonflement du visage, la respiration nasale est difficile, le patient respire principalement par la bouche. Les yeux sont souvent rouges, éventuellement déchirants. Parfois, il y a des cernes sous les yeux. Les patients atteints de rhinite allergique peuvent souvent et involontairement se frotter le bout du nez avec la paume de la main. Ce symptôme s'appelait "salut allergique".

La rhinite allergique, en règle générale, se manifeste pour la première fois dans l’enfance ou à l’adolescence. Parmi les proches parents du patient atteint de rhinite allergique, il est souvent possible d'identifier les personnes atteintes de maladies allergiques.

En fonction de l'intensité des symptômes, on distingue une rhinite allergique légère, modérée et grave. Si les symptômes de la rhinite allergique ne réduisent pas la performance et n'interfèrent pas avec le sommeil, ils parlent de gravité légère; si l'activité quotidienne et le sommeil sont modérément réduits, on dit qu'ils sont de gravité modérée et en cas de symptômes prononcés de rhinite allergique sévère.

En fonction de l'étendue des symptômes de la maladie, je distingue les rhinites allergiques saisonnières (symptômes uniquement durant la période printemps-été). La rhinite allergique saisonnière survient le plus souvent à la suite d'une allergie au pollen, moins souvent aux spores de moisissures.
Les patients peuvent souvent spécifier eux-mêmes les facteurs provoquant (manifestations de la rhinite allergique). Cela peut être le contact avec des animaux, le nettoyage de l'appartement, le fait d'être dans une pièce poussiéreuse, de sortir à la campagne un jour d'été, etc.

Les médicaments antihistaminiques d'essai apportent souvent un soulagement temporaire.
Souvent, les symptômes d'une rhinite allergique sont combinés aux règles de la conjonctivite allergique, parfois ils sont des précurseurs de l'asthme.

Presque toutes les rhinites ont des symptômes similaires, à l'exception de quelques nuances, et on en connaît environ dix (rhinite infectieuse, rhinite hormonale, rhinite d'origine médicamenteuse, rhinite psychogène, rhinite atrophique, rhinite professionnelle, etc.). Chacun d'entre eux nécessite ses propres interventions thérapeutiques, un traitement individuel. Par conséquent, un diagnostic précis devrait toujours fournir un spécialiste.

En règle générale, les patients utilisent des médicaments vasoconstricteurs sur une très longue période et, avec le temps, leur consommation peut aggraver l'évolution de la maladie. De nombreuses personnes souffrant de rhinite allergique ont une sensibilité accrue à des irritants tels que les odeurs fortes, les produits chimiques ménagers, la fumée de tabac.

Quels tests devront passer si vous soupçonnez une rhinite allergique

Si vous soupçonnez une rhinite allergique, vous devez immédiatement consulter deux spécialistes des allergologues immunologistes et ORL. Un allergologue sera en mesure de confirmer avec précision ou, au contraire, d'exclure la nature allergique des problèmes nasaux, et le médecin ORL sera en mesure d'identifier la pathologie concomitante des organes ORL. La consultation oreille-nez-gorge ne doit pas être négligée, même si vous êtes sûr d'être allergique à 100%, car il existe souvent des problèmes combinés (par exemple, rhinite allergique et polliosis nasale ou rhinite allergique et sinusite). Dans ce cas, la prise de médicaments antiallergiques uniquement ne sera pas suffisamment efficace et une thérapie inadéquate menée contribuera à la pondération de la maladie.

Pour confirmer le diagnostic, il peut être demandé de passer un frottis nasal sur les éosinophiles ou un test sanguin pour la détermination du total des IgE (immunoglobuline E totale). La détection d'éosinophiles dans un frottis (plus de 5% de toutes les cellules détectées) ou une augmentation de l'immunoglobuline E totale (plus de 100 UI) indiqueront le caractère allergique de la congestion nasale.

La question la plus importante dans le diagnostic de la rhinite allergique est l’identification d’un allergène de causalité significative, c’est-à-dire la substance du contact avec qui provoque les symptômes ci-dessus. Pour cela, deux types de diagnostics sont le plus souvent utilisés:

1) mise en place de tests cutanés. L'un des types de diagnostic allergique les plus informatifs et les plus économiques. Elle doit être effectuée uniquement dans le bureau spécialement conçu pour cette procédure. Pendant l'examen, le patient fait plusieurs entailles (égratignures) sur la peau et 1-2 gouttes d'un allergène spécialement préparé coulent d'en haut. La réaction est évaluée dans les 15-30 minutes. Cette méthode a la plus grande précision, mais a plusieurs limitations. Donc, les tests cutanés ne sont pas faits au moment de l'exacerbation de la maladie, ils ne sont pas effectués enceintes ou allaitantes. L'âge optimal pour ce type d'étude est de 4 à 50 ans. Au moins 5 jours avant la procédure, annulez les antihistaminiques (suprastine, questine, etc.).

2) un test sanguin pour les immunoglobulines spécifiques E (spécifiques des IgE). C'est l'identification des allergènes par analyse de sang. Cette méthode est plus pratique que les tests cutanés. L'analyse peut être effectuée sur le fond de l'exacerbation et sur le fond de la prise de médicaments antiallergiques. Il n'est pas contre-indiqué chez la femme enceinte ou allaitante et chez les personnes souffrant d'affections cutanées courantes. Aucune limite d'âge. Cette méthode n'a que deux inconvénients: un coût assez élevé (de 2 000 à 16 000 roubles pour un panneau d'allergène ou 300 roubles pour un allergène) et une fréquence relativement élevée (jusqu'à 13-20% selon le fabricant de réactif) de résultats faussement positifs. Je me suis souvent heurté à des cas où des enfants de moins d'un an avaient, selon des analyses de sang, révélé des allergies aux fruits de mer (crabes, crevettes, moules, etc.) ou aux fruits exotiques. En même temps, les parents juraient que l'enfant n'avait même pas vu de telles friandises, c'est-à-dire qu'une allergie à eux était impossible en principe.

Par conséquent, si l'état le permet, vous devez toujours vous efforcer de formuler des tests cutanés.
Parfois, si vous n’êtes pas chanceux dans un établissement médical, on vous proposera peut-être de faire un don de sang pour la réaction de la leucose avec de la nourriture. Dans ce cas, il sera nécessaire d'apporter des échantillons de nourriture pour analyse. Cette méthode a une précision négligeable et il est inutile de s’entendre dessus. Les résultats peuvent être jetés immédiatement.

En plus des tests ci-dessus, si vous avez des doutes avec un médecin, vous pouvez également subir un test sanguin clinique, une radiographie des sinus, un frottis nasal sur la microflore et des champignons.

Rarement offert à passer rhinomanométrie antérieure. Cette méthode vous permet de déterminer l’atteinte des voies respiratoires supérieures.

Traitement de la rhinite allergique

La mise en place de mesures thérapeutiques, à savoir le traitement de la rhinite allergique, n’est possible qu’après confirmation de la nature de la maladie et établissement précis de sa nature allergique.

Le traitement de la rhinite allergique, comme d'ailleurs la plupart des autres maladies allergiques, comprend plusieurs composants.
1. Réduction de l'inflammation allergique sur les muqueuses.
2. Conduite d'un traitement spécifique aux allergènes.

Traitement anti-inflammatoire de la rhinite allergique

Le traitement anti-inflammatoire de la rhinite allergique est l'utilisation complexe d'un certain nombre de médicaments.

Souvent, pour le traitement de la rhinite allergique, les antihistaminiques sont prescrits par voie orale sous forme de comprimés ou de gouttes. Il est préférable d’utiliser des médicaments de la deuxième génération (tsetrin, claritin, zodak, kestin) et de la troisième génération (Erius, telfast, zyrtec). Ils sont administrés par voie orale, en doses d'âge, une fois par jour. La durée du traitement est déterminée par le médecin mais est rarement inférieure à 14 jours. Bien que ces médicaments contre les allergies soient délivrés dans des pharmacies sans ordonnance d'un médecin, vous ne pouvez pas les prescrire vous-même pendant une longue période. Cela est dû au fait que certains médicaments ont un effet cardiotoxique (effet négatif sur le cœur), un certain nombre d'entre eux pouvant inhiber les capacités cognitives (mentales). Bien entendu, le profil de sécurité le plus élevé concerne la dernière génération de médicaments, mais leur coût relativement élevé est souvent un facteur limitant, en particulier en cas d’utilisation prolongée.

Avec l'inefficacité des mesures précédentes pour le traitement de la rhinite allergique nécessite la nomination de "fonds locaux" qui affectent les muqueuses du nez.

Avec une légère gravité de la rhinite allergique, des dérivés de cromoglycate de sodium sont utilisés à cette fin (les noms commerciaux sont cromohexal, cromoglin, cromosol). Les médicaments sont produits sous la forme de sprays nasaux, prescrits pour 1-2 injections (1-2 gouttes) dans le nez 3 fois par jour pendant toute l'exacerbation. Il convient de noter que l’effet de la nomination d’un tel traitement ne se produit pas avant 5 à 10 jours (et parfois plus tard). Par conséquent, leur effet est plus prophylactique que curatif. Les médicaments de ce groupe sont souvent prescrits pour le traitement de la rhinite allergique chez les enfants ou d'une gravité légère de la maladie chez l'adulte. Le traitement de la rhinite allergique ne dure généralement pas moins de 2 à 4 mois. Peut-être toute l'année l'utilisation de drogues.

Par ailleurs, je voudrais souligner un médicament relativement nouveau, créé à partir de cellulose végétale - Nazaval. Le médicament est disponible sous forme de spray nasal et est prescrit 4 à 6 fois par jour. En conséquence, un microfilm est créé sur les muqueuses du nez, empêchant le contact des muqueuses avec l’allergène. Le médicament a une efficacité assez faible dans une exacerbation déjà et ne peut être recommandé que pour la prévention de la maladie.

En cas de grave sévérité de la rhinite allergique - les médicaments de choix sont les corticostéroïdes nasaux (aldécine, nasobek, beconaze, nazonex, fliksonaze, nazarel, benorine), produits sous forme de sprays nasaux. Les médicaments sont prescrits 1 à 2 fois par jour en doses d'âge. La durée du traitement est déterminée par le médecin. Une idée fausse sur la faible tolérance et les nombreux effets secondaires des glucocorticoïdes intranasaux est très courante. À ce jour, de nombreuses études internationales ont confirmé l'innocuité et l'efficacité de ces médicaments. Ils sont à la base du "standard de référence" pour le traitement de la rhinite allergique et ont aidé des centaines de milliers de patients dans le monde.

Une erreur courante dans le traitement de la rhinite allergique est l'utilisation à long terme de gouttes vasoconstrictrices pour faciliter la respiration nasale. Ce sont des médicaments comme la naphtyzine, le vibrocile, etc. L’usage prolongé de médicaments de ce groupe entraîne TOUJOURS le développement de rhinites médicales de gravité variable, dont le traitement peut nécessiter une intervention chirurgicale des voies nasales. L'utilisation d'agents vasoconstricteurs n'est recommandée qu'en cas de congestion nasale prononcée avant l'utilisation de glucocorticoïdes intranasaux. En général, il est conseillé de ne pas abuser des agents vasoconstricteurs nasaux avec le diagnostic établi de rhinite allergique.

Les patients qui répondent mal au traitement conservateur ou ont des contre-indications aux médicaments, il est conseillé de discuter de la possibilité d'une immunothérapie spécifique de l'allergène.

Traitement de la rhinite allergique spécifique aux allergènes

La manière la plus radicale de traiter la rhinite allergique consiste à effectuer un traitement spécifique à un allergène. Ce type de traitement n’est pratiqué que par des allergologues formés dans un hôpital ou une chambre d’allergie. La signification du traitement est l'introduction de petites doses de l'allergène à des concentrations progressivement croissantes afin de développer une tolérance (résistance) à celles-ci. L'administration parentérale (injectable) d'allergènes est le plus souvent pratiquée. En cas de succès, ce type de traitement peut permettre la disparition complète des symptômes de la rhinite allergique. Un début de traitement plus précoce augmente les chances de développer une tolérance complète aux allergènes et, par conséquent, une guérison complète de la maladie. L'émergence de cette méthode de traitement a permis de guérir complètement la rhinite allergique chez un certain nombre de patients.

Les méthodes de traitement chirurgical dans le traitement de la rhinite allergique sont rarement utilisées et uniquement en présence d'une pathologie ORL concomitante (courbure de la cloison nasale, etc.).

Les adeptes des méthodes de traitement homéopathique doivent faire attention au médicament Rinital (fabriqué en Allemagne) ou au rhinoshennai (Russie).

Traitement des remèdes populaires de rhinite allergique.

La rhinite allergique est l'une de ces maladies pour lesquelles la médecine traditionnelle ne peut rien faire. Actuellement, il n'existe pas de méthode véritablement efficace dans ce domaine qui puisse être recommandée à un large éventail de patients atteints de rhinite allergique. Un enthousiasme déraisonnable à l’égard de tels traitements peut entraîner une exacerbation de la maladie, l’infection secondaire (que seules les personnes ne se font pas prendre au nez et n’inondent pas) et retarde la nomination d’un traitement médicamenteux adéquat.

La seule méthode possible consiste à laver le nez avec de la saumure. (1/3 c. À thé de sel pour 1 tasse d'eau bouillie, rincer le nez 1 à 2 fois par jour). Mais même cette méthode apparemment inoffensive DOIT être associée à un traitement médicamenteux. En soi, son utilisation sera insuffisante.

Nutrition et mode de vie dans la rhinite allergique.

Le composant le plus important dans le traitement de la rhinite allergique est la réduction du contact avec les allergènes. Les recommandations sont formulées après le diagnostic de l'allergie et la détection d'un allergène de cause importante.

Par nature, les allergènes peuvent être des aliments (pour divers aliments), domestiques (poussière de maison, coussins de plumes, acariens de la poussière de maison), pollen (pour le pollen de plantes), épidermique (poils d’animaux, plumes d’oiseaux, etc.), fongique, industriel, etc.

La nature des mesures d'élimination dépend du type d'allergène.

Donc, lorsque les allergies alimentaires excluent les produits avec lesquels les tests étaient positifs pour le patient.
Avec les allergies au pollen dans la période d'exacerbation, les patients ne sont pas recommandés pour sortir de la ville, sur la nature. Il est préférable de quitter la maison au bout de 11 à 12 heures, lorsque la concentration de pollen dans l'air diminue. Il n'est pas recommandé d'ouvrir les fenêtres, surtout dans la première moitié de la journée. Il est conseillé de suspendre les épurateurs d'air. Ne conduisez pas dans une voiture avec des fenêtres ouvertes. N'utilisez pas de produits cosmétiques à base de plantes ou à base de plantes. L'événement le plus radical consiste à changer la région de résidence au moment de la floraison.

Il est prouvé que sur le littoral et dans les montagnes, la teneur en pollen est inférieure.

Pour les allergies domestiques, recommandez un nettoyage en profondeur au moins trois fois par semaine. Pendant le nettoyage, vous devez porter un masque qui empêche la pénétration d'allergènes de poussière sur les muqueuses. Les oreillers, les matelas et les couvertures doivent être fabriqués avec des matériaux hypoallergéniques ou placés dans des housses de protection spéciales. Il est recommandé de se débarrasser des tapis, carpettes, peluches et autres sources de poussière. Les stores sont préférés aux rideaux et aux rideaux épais, car ils sont plus faciles à nettoyer. Les meubles doivent être fabriqués à partir de matériaux qui peuvent souvent être essuyés. L'utilisation de purificateurs d'air a un effet positif. L'allergène de ménage le plus fréquent est l'acarien (environ 50 à 60% de tous les cas de sensibilisation du ménage). Par conséquent, lors du nettoyage, il est nécessaire d'utiliser des préparations acaricides qui les détruisent. La haute efficacité dans la lutte contre les allergènes ménagers a montré des aspirateurs avec des filtres HEPA.

Rhinite allergique pendant la grossesse

La survenue d'une grossesse chez environ un tiers des femmes contribue à l'exacerbation ou à la première manifestation de maladies allergiques. Cela entraîne généralement des difficultés particulières pour les médecins et, par conséquent, pour les patientes, du fait que la plupart des médicaments et un certain nombre de méthodes d’examen pendant la grossesse ne sont pas applicables.

Les symptômes de la rhinite allergique chez la femme enceinte ne diffèrent pas du classique. L'impact sur le fœtus n'est possible qu'avec des formes très graves de la maladie ou avec un traitement inadéquat.

L'identification de la cause de l'allergie n'est possible que par des tests sanguins (le sang pour les IgE spécifiques), les tests cutanés à ce moment sont contre-indiqués.

Traitement de la rhinite allergique pendant la grossesse:

Ils essaient de limiter le plus possible les antihistaminiques en raison de leurs effets potentiels sur le fœtus. Si nécessaire, la préférence est donnée aux médicaments de troisième génération (telfast) aux doses efficaces minimales. Le traitement local de la rhinite allergique commence par des dérivés de cromoglycate de sodium (cromohexal et médicaments similaires) ou des produits à base de cellulose végétale (Nazaval). Les corticostéroïdes nasaux ne doivent pas être administrés au cours du premier trimestre de la grossesse.

Rhinite allergique chez les enfants

La rhinite allergique chez les enfants, en règle générale, se manifeste sur l'âge de 3 ans, bien qu'il y ait des exceptions. Le plus souvent, la rhinite allergique survient chez les enfants qui ont noté des manifestations allergiques dans le passé (généralement en fonction du type de dermatite allergique ou atopique). Un tel changement dans les manifestations cliniques de l'allergie: de la dermatite atopique à la rhinite allergique, puis à l'asthme bronchique, est appelé marche atopique.

Les symptômes de la rhinite allergique chez les enfants sont presque les mêmes que chez les adultes. Caractérisé par une prévalence un peu plus élevée de sensibilisation (humeur allergique) aux allergènes alimentaires.

Traitement de la rhinite allergique chez les enfants:

Lors du choix du traitement, ils essaient de suivre un traitement par étapes, en commençant par le choix des médicaments «plus légers» et, par conséquent, avec un profil d'innocuité élevé des médicaments.

La thérapie spécifique aux allergènes donne le plus grand effet pendant l’enfance.

Complications possibles de la rhinite allergique et du pronostic

Le pronostic à vie est favorable. Mais en l’absence de traitement adéquat, la maladie peut évoluer, ce qui se traduit par une aggravation de la gravité des symptômes (irritation cutanée de la lèvre supérieure et / ou au niveau des ailes du nez, mal de gorge, toux, altération de la détection des odeurs, saignements de nez, maux de tête) et par l’extension du spectre. cause d'allergènes importants.

Prévention de la rhinite allergique

La prévention spécifique de la rhinite allergique, malheureusement, n'a pas été développée. Avec une maladie déjà développée, les mesures préventives sont réduites à l'élimination de l'allergène de l'environnement (voir Nutrition et mode de vie dans la rhinite allergique) et à un traitement adéquat.

Réponses aux questions fréquemment posées sur la rhinite allergique:

J'ai une rhinite allergique. Il y a des réactions à la poussière de bibliothèque. Est-ce que des tests cutanés? Les tests avec la fourrure de chat sont négatifs. Puis-je avoir un chat?

Les animaux sont des causes courantes d'allergies. En plus des allergies à la laine, une réaction à la salive, à l'épiderme (couche supérieure de la peau) et à des charges pour toilettes est possible. S'il n'y a pas d'allergie à la laine, cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'allergie aux autres "parties" du chat. De plus, les allergies peuvent se développer plus tard, quand un attachement psychologique à un animal de compagnie apparaît. La réponse est donc sans équivoque: non. Tout comme vous ne devriez pas commencer les chiens, poissons, chevaux, etc.

Peut-il y avoir une rhinite allergique sur les aliments?

L'allergie alimentaire est extrêmement rare chez les patients atteints de rhinite allergique (moins de 4 à 7% des cas). Mais un certain nombre de produits (chocolat, agrumes, fraises, champignons, poisson de mer, etc.) contiennent de l'histamine. Cette substance améliore l'inflammation allergique existante. L'abus de ces aliments pendant la période d'exacerbation augmentera les symptômes.
Dans tous les cas, si vous constatez un lien entre vos symptômes et l’utilisation de certains plats, consultez un médecin et passez un examen approprié.

La gymnastique respiratoire aide-t-elle Buteyko et Strelnikova à lutter contre la rhinite allergique?

Oui Cette méthode est efficace dans le traitement de la rhinite allergique.

Je suis allergique aux arbres en fleurs (symptômes au printemps). Mais au cours de la dernière année, les plaintes habituelles pour aggravation en août sont apparues. À quoi peut-il être connecté? Le climat change-t-il?

Vous semblez évoluer vers une maladie se manifestant par l'expansion du spectre des allergènes. Compte tenu du moment de la deuxième exacerbation, une attitude allergique au pollen des plantes difficiles à colorer (absinthe, quinoa, etc.) est apparue. Contactez votre professionnel de la santé pour corriger le traitement. Le climat n'a rien à voir avec.

Symptômes de la rhinite allergique

Symptômes de la rhinite allergique.

Les principaux symptômes et signes de la rhinite allergique sont les suivants:

1) éternuements, souvent paroxystiques;
2) la présence de décharge du nez aqueux, nature transparente. Lors de l'apparition d'une infection secondaire, le caractère de l'écoulement nasal peut devenir mucopurulent;
3) le nez qui pique;
4) La respiration nasale obstruée est moins fréquente et est caractéristique, en règle générale, des formes sévères de rhinite allergique. La congestion nasale est souvent pire la nuit.

Aspect caractéristique du patient lors de l'exacerbation d'une rhinite allergique. On note un gonflement du visage, la respiration nasale est difficile, le patient respire principalement par la bouche. Les yeux sont souvent rouges, éventuellement déchirants. Parfois, il y a des cernes sous les yeux. Les patients atteints de rhinite allergique peuvent souvent et involontairement se frotter le bout du nez avec la paume de la main. Ce symptôme s'appelait "salut allergique".

La rhinite allergique, en règle générale, se manifeste pour la première fois dans l’enfance ou à l’adolescence. Parmi les proches parents du patient atteint de rhinite allergique, il est souvent possible d'identifier les personnes atteintes de maladies allergiques.

En fonction de l'intensité des symptômes, on distingue une rhinite allergique légère, modérée et grave. Si les symptômes de la rhinite allergique ne réduisent pas la performance et n'interfèrent pas avec le sommeil, ils parlent de gravité légère; si l'activité quotidienne et le sommeil sont modérément réduits, on dit qu'ils sont de gravité modérée et en cas de symptômes prononcés de rhinite allergique sévère.

En fonction de l'étendue des symptômes de la maladie, je distingue les rhinites allergiques saisonnières (symptômes uniquement durant la période printemps-été). La rhinite allergique saisonnière survient le plus souvent à la suite d'une allergie au pollen, moins souvent aux spores de moisissures.
Les patients peuvent souvent spécifier eux-mêmes les facteurs provoquant (manifestations de la rhinite allergique). Cela peut être le contact avec des animaux, le nettoyage de l'appartement, le fait d'être dans une pièce poussiéreuse, de sortir à la campagne un jour d'été, etc.

Les médicaments antihistaminiques d'essai apportent souvent un soulagement temporaire.
Souvent, les symptômes d'une rhinite allergique sont combinés aux règles de la conjonctivite allergique, parfois ils sont des précurseurs de l'asthme.

Presque toutes les rhinites ont des symptômes similaires, à l'exception de quelques nuances, et on en connaît environ dix (rhinite infectieuse, rhinite hormonale, rhinite d'origine médicamenteuse, rhinite psychogène, rhinite atrophique, rhinite professionnelle, etc.). Chacun d'entre eux nécessite ses propres interventions thérapeutiques, un traitement individuel. Par conséquent, un diagnostic précis devrait toujours fournir un spécialiste.

En règle générale, les patients utilisent des médicaments vasoconstricteurs sur une très longue période et, avec le temps, leur consommation peut aggraver l'évolution de la maladie. De nombreuses personnes souffrant de rhinite allergique ont une sensibilité accrue à des irritants tels que les odeurs fortes, les produits chimiques ménagers, la fumée de tabac.

Quels tests effectuer en cas de suspicion de rhinite allergique?

Quels tests devront passer si vous soupçonnez une rhinite allergique.

Si vous soupçonnez une rhinite allergique, vous devez immédiatement consulter deux spécialistes des allergologues immunologistes et ORL. Un allergologue sera en mesure de confirmer avec précision ou, au contraire, d'exclure la nature allergique des problèmes nasaux, et le médecin ORL sera en mesure d'identifier la pathologie concomitante des organes ORL. La consultation oreille-nez-gorge ne doit pas être négligée, même si vous êtes sûr d'être allergique à 100%, car il existe souvent des problèmes combinés (par exemple, rhinite allergique et polliosis nasale ou rhinite allergique et sinusite). Dans ce cas, la prise de médicaments antiallergiques uniquement ne sera pas suffisamment efficace et une thérapie inadéquate menée contribuera à la pondération de la maladie.

Pour confirmer le diagnostic, il peut être demandé de passer un frottis nasal sur les éosinophiles ou un test sanguin pour la détermination du total des IgE (immunoglobuline E totale). La détection d'éosinophiles dans un frottis (plus de 5% de toutes les cellules détectées) ou une augmentation de l'immunoglobuline E totale (plus de 100 UI) indiqueront le caractère allergique de la congestion nasale.

La question la plus importante dans le diagnostic de la rhinite allergique est l’identification d’un allergène de causalité significative, c’est-à-dire la substance du contact avec qui provoque les symptômes ci-dessus. Pour cela, deux types de diagnostics sont le plus souvent utilisés:

1) mise en place de tests cutanés. L'un des types de diagnostic allergique les plus informatifs et les plus économiques. Elle doit être effectuée uniquement dans le bureau spécialement conçu pour cette procédure. Pendant l'examen, le patient fait plusieurs entailles (égratignures) sur la peau et 1-2 gouttes d'un allergène spécialement préparé coulent d'en haut. La réaction est évaluée dans les 15-30 minutes. Cette méthode a la plus grande précision, mais a plusieurs limitations. Donc, les tests cutanés ne sont pas faits au moment de l'exacerbation de la maladie, ils ne sont pas effectués enceintes ou allaitantes. L'âge optimal pour ce type d'étude est de 4 à 50 ans. Au moins 5 jours avant la procédure, annulez les antihistaminiques (suprastine, questine, etc.).

2) un test sanguin pour les immunoglobulines spécifiques E (spécifiques des IgE). C'est l'identification des allergènes par analyse de sang. Cette méthode est plus pratique que les tests cutanés. L'analyse peut être effectuée sur le fond de l'exacerbation et sur le fond de la prise de médicaments antiallergiques. Il n'est pas contre-indiqué chez la femme enceinte ou allaitante et chez les personnes souffrant d'affections cutanées courantes. Aucune limite d'âge. Cette méthode n'a que deux inconvénients: un coût assez élevé (de 2 000 à 16 000 roubles pour un panneau d'allergène ou 300 roubles pour un allergène) et une fréquence relativement élevée (jusqu'à 13-20% selon le fabricant de réactif) de résultats faussement positifs. Je me suis souvent heurté à des cas où des enfants de moins d'un an avaient, selon des analyses de sang, révélé des allergies aux fruits de mer (crabes, crevettes, moules, etc.) ou aux fruits exotiques. En même temps, les parents juraient que l'enfant n'avait même pas vu de telles friandises, c'est-à-dire qu'une allergie à eux était impossible en principe.

Par conséquent, si l'état le permet, vous devez toujours vous efforcer de formuler des tests cutanés.
Parfois, si vous n’êtes pas chanceux dans un établissement médical, on vous proposera peut-être de faire un don de sang pour la réaction de la leucose avec de la nourriture. Dans ce cas, il sera nécessaire d'apporter des échantillons de nourriture pour analyse. Cette méthode a une précision négligeable et il est inutile de s’entendre dessus. Les résultats peuvent être jetés immédiatement.

En plus des tests ci-dessus, si vous avez des doutes avec un médecin, vous pouvez également subir un test sanguin clinique, une radiographie des sinus, un frottis nasal sur la microflore et des champignons.

Rarement offert à passer rhinomanométrie antérieure. Cette méthode vous permet de déterminer l’atteinte des voies respiratoires supérieures.

Traitement de la rhinite allergique

Traitement de la rhinite allergique

La mise en place de mesures thérapeutiques, à savoir le traitement de la rhinite allergique, n’est possible qu’après confirmation de la nature de la maladie et établissement précis de sa nature allergique.

Le traitement de la rhinite allergique, comme d'ailleurs la plupart des autres maladies allergiques, comprend plusieurs composants.
1. Réduction de l'inflammation allergique sur les muqueuses.
2. Conduite d'un traitement spécifique aux allergènes.

Traitement anti-inflammatoire de la rhinite allergique

Le traitement anti-inflammatoire de la rhinite allergique est l'utilisation complexe d'un certain nombre de médicaments.

Souvent, pour le traitement de la rhinite allergique, les antihistaminiques sont prescrits par voie orale sous forme de comprimés ou de gouttes. Il est préférable d’utiliser des médicaments de la deuxième génération (tsetrin, claritin, zodak, kestin) et de la troisième génération (Erius, telfast, zyrtec). Ils sont administrés par voie orale, en doses d'âge, une fois par jour. La durée du traitement est déterminée par le médecin mais est rarement inférieure à 14 jours. Bien que ces médicaments contre les allergies soient délivrés dans des pharmacies sans ordonnance d'un médecin, vous ne pouvez pas les prescrire vous-même pendant une longue période. Cela est dû au fait que certains médicaments ont un effet cardiotoxique (effet négatif sur le cœur), un certain nombre d'entre eux pouvant inhiber les capacités cognitives (mentales). Bien entendu, le profil de sécurité le plus élevé concerne la dernière génération de médicaments, mais leur coût relativement élevé est souvent un facteur limitant, en particulier en cas d’utilisation prolongée.

Avec l'inefficacité des mesures précédentes pour le traitement de la rhinite allergique nécessite la nomination de "fonds locaux" qui affectent les muqueuses du nez.

Avec une légère gravité de la rhinite allergique, des dérivés de cromoglycate de sodium sont utilisés à cette fin (les noms commerciaux sont cromohexal, cromoglin, cromosol). Les médicaments sont produits sous la forme de sprays nasaux, prescrits pour 1-2 injections (1-2 gouttes) dans le nez 3 fois par jour pendant toute l'exacerbation. Il convient de noter que l’effet de la nomination d’un tel traitement ne se produit pas avant 5 à 10 jours (et parfois plus tard). Par conséquent, leur effet est plus prophylactique que curatif. Les médicaments de ce groupe sont souvent prescrits pour le traitement de la rhinite allergique chez les enfants ou d'une gravité légère de la maladie chez l'adulte. Le traitement de la rhinite allergique ne dure généralement pas moins de 2 à 4 mois. Peut-être toute l'année l'utilisation de drogues.

Par ailleurs, je voudrais souligner un médicament relativement nouveau, créé à partir de cellulose végétale - Nazaval. Le médicament est disponible sous forme de spray nasal et est prescrit 4 à 6 fois par jour. En conséquence, un microfilm est créé sur les muqueuses du nez, empêchant le contact des muqueuses avec l’allergène. Le médicament a une efficacité assez faible dans une exacerbation déjà et ne peut être recommandé que pour la prévention de la maladie.

En cas de grave sévérité de la rhinite allergique - les médicaments de choix sont les corticostéroïdes nasaux (aldécine, nasobek, beconaze, nazonex, fliksonaze, nazarel, benorine), produits sous forme de sprays nasaux. Les médicaments sont prescrits 1 à 2 fois par jour en doses d'âge. La durée du traitement est déterminée par le médecin. Une idée fausse sur la faible tolérance et les nombreux effets secondaires des glucocorticoïdes intranasaux est très courante. À ce jour, de nombreuses études internationales ont confirmé l'innocuité et l'efficacité de ces médicaments. Ils sont à la base du "standard de référence" pour le traitement de la rhinite allergique et ont aidé des centaines de milliers de patients dans le monde.

Une erreur courante dans le traitement de la rhinite allergique est l'utilisation à long terme de gouttes vasoconstrictrices pour faciliter la respiration nasale. Ce sont des médicaments comme la naphtyzine, le vibrocile, etc. L’usage prolongé de médicaments de ce groupe entraîne TOUJOURS le développement de rhinites médicales de gravité variable, dont le traitement peut nécessiter une intervention chirurgicale des voies nasales. L'utilisation d'agents vasoconstricteurs n'est recommandée qu'en cas de congestion nasale prononcée avant l'utilisation de glucocorticoïdes intranasaux. En général, il est conseillé de ne pas abuser des agents vasoconstricteurs nasaux avec le diagnostic établi de rhinite allergique.

Les patients qui répondent mal au traitement conservateur ou ont des contre-indications aux médicaments, il est conseillé de discuter de la possibilité d'une immunothérapie spécifique de l'allergène.

Traitement de la rhinite allergique spécifique aux allergènes

La manière la plus radicale de traiter la rhinite allergique consiste à effectuer un traitement spécifique à un allergène. Ce type de traitement n’est pratiqué que par des allergologues formés dans un hôpital ou une chambre d’allergie. La signification du traitement est l'introduction de petites doses de l'allergène à des concentrations progressivement croissantes afin de développer une tolérance (résistance) à celles-ci. L'administration parentérale (injectable) d'allergènes est le plus souvent pratiquée. En cas de succès, ce type de traitement peut permettre la disparition complète des symptômes de la rhinite allergique. Un début de traitement plus précoce augmente les chances de développer une tolérance complète aux allergènes et, par conséquent, une guérison complète de la maladie. L'émergence de cette méthode de traitement a permis de guérir complètement la rhinite allergique chez un certain nombre de patients.

Les méthodes de traitement chirurgical dans le traitement de la rhinite allergique sont rarement utilisées et uniquement en présence d'une pathologie ORL concomitante (courbure de la cloison nasale, etc.).

Les adeptes des méthodes de traitement homéopathique doivent faire attention au médicament Rinital (fabriqué en Allemagne) ou au rhinoshennai (Russie).

Traitement des remèdes populaires de rhinite allergique.

La rhinite allergique est l'une de ces maladies pour lesquelles la médecine traditionnelle ne peut rien faire. Actuellement, il n'existe pas de méthode véritablement efficace dans ce domaine qui puisse être recommandée à un large éventail de patients atteints de rhinite allergique. Un enthousiasme déraisonnable à l’égard de tels traitements peut entraîner une exacerbation de la maladie, l’infection secondaire (que seules les personnes ne se font pas prendre au nez et n’inondent pas) et retarde la nomination d’un traitement médicamenteux adéquat.

La seule méthode possible consiste à laver le nez avec de la saumure. (1/3 c. À thé de sel pour 1 tasse d'eau bouillie, rincer le nez 1 à 2 fois par jour). Mais même cette méthode apparemment inoffensive DOIT être associée à un traitement médicamenteux. En soi, son utilisation sera insuffisante.

Nutrition et mode de vie dans la rhinite allergique.

Nutrition et mode de vie dans la rhinite allergique.

Le composant le plus important dans le traitement de la rhinite allergique est la réduction du contact avec les allergènes. Les recommandations sont formulées après le diagnostic de l'allergie et la détection d'un allergène de cause importante.

Par nature, les allergènes peuvent être des aliments (pour divers aliments), domestiques (poussière de maison, coussins de plumes, acariens de la poussière de maison), pollen (pour le pollen de plantes), épidermique (poils d’animaux, plumes d’oiseaux, etc.), fongique, industriel, etc.

La nature des mesures d'élimination dépend du type d'allergène.

Donc, lorsque les allergies alimentaires excluent les produits avec lesquels les tests étaient positifs pour le patient.
Avec les allergies au pollen dans la période d'exacerbation, les patients ne sont pas recommandés pour sortir de la ville, sur la nature. Il est préférable de quitter la maison au bout de 11 à 12 heures, lorsque la concentration de pollen dans l'air diminue. Il n'est pas recommandé d'ouvrir les fenêtres, surtout dans la première moitié de la journée. Il est conseillé de suspendre les épurateurs d'air. Ne conduisez pas dans une voiture avec des fenêtres ouvertes. N'utilisez pas de produits cosmétiques à base de plantes ou à base de plantes. L'événement le plus radical consiste à changer la région de résidence au moment de la floraison.

Il est prouvé que sur le littoral et dans les montagnes, la teneur en pollen est inférieure.

Pour les allergies domestiques, recommandez un nettoyage en profondeur au moins trois fois par semaine. Pendant le nettoyage, vous devez porter un masque qui empêche la pénétration d'allergènes de poussière sur les muqueuses. Les oreillers, les matelas et les couvertures doivent être fabriqués avec des matériaux hypoallergéniques ou placés dans des housses de protection spéciales. Il est recommandé de se débarrasser des tapis, carpettes, peluches et autres sources de poussière. Les stores sont préférés aux rideaux et aux rideaux épais, car ils sont plus faciles à nettoyer. Les meubles doivent être fabriqués à partir de matériaux qui peuvent souvent être essuyés. L'utilisation de purificateurs d'air a un effet positif. L'allergène de ménage le plus fréquent est l'acarien (environ 50 à 60% de tous les cas de sensibilisation du ménage). Par conséquent, lors du nettoyage, il est nécessaire d'utiliser des préparations acaricides qui les détruisent. La haute efficacité dans la lutte contre les allergènes ménagers a montré des aspirateurs avec des filtres HEPA.

Rhinite allergique pendant la grossesse. Caractéristiques du traitement

Rhinite allergique pendant la grossesse

La survenue d'une grossesse chez environ un tiers des femmes contribue à l'exacerbation ou à la première manifestation de maladies allergiques. Cela entraîne généralement des difficultés particulières pour les médecins et, par conséquent, pour les patientes, du fait que la plupart des médicaments et un certain nombre de méthodes d’examen pendant la grossesse ne sont pas applicables.

Les symptômes de la rhinite allergique chez la femme enceinte ne diffèrent pas du classique. L'impact sur le fœtus n'est possible qu'avec des formes très graves de la maladie ou avec un traitement inadéquat.

L'identification de la cause de l'allergie n'est possible que par des tests sanguins (le sang pour les IgE spécifiques), les tests cutanés à ce moment sont contre-indiqués.

Traitement de la rhinite allergique pendant la grossesse:

Ils essaient de limiter le plus possible les antihistaminiques en raison de leurs effets potentiels sur le fœtus. Si nécessaire, la préférence est donnée aux médicaments de troisième génération (telfast) aux doses efficaces minimales. Le traitement local de la rhinite allergique commence par des dérivés de cromoglycate de sodium (cromohexal et médicaments similaires) ou des produits à base de cellulose végétale (Nazaval). Les corticostéroïdes nasaux ne doivent pas être administrés au cours du premier trimestre de la grossesse.

Rhinite allergique chez les enfants

Rhinite allergique chez les enfants

La rhinite allergique chez les enfants, en règle générale, se manifeste sur l'âge de 3 ans, bien qu'il y ait des exceptions. Le plus souvent, la rhinite allergique survient chez les enfants qui ont noté des manifestations allergiques dans le passé (généralement en fonction du type de dermatite allergique ou atopique). Un tel changement dans les manifestations cliniques de l'allergie: de la dermatite atopique à la rhinite allergique, puis à l'asthme bronchique, est appelé marche atopique.

Les symptômes de la rhinite allergique chez les enfants sont presque les mêmes que chez les adultes. Caractérisé par une prévalence un peu plus élevée de sensibilisation (humeur allergique) aux allergènes alimentaires.

Traitement de la rhinite allergique chez les enfants:

Lors du choix du traitement, ils essaient de suivre un traitement par étapes, en commençant par le choix des médicaments «plus légers» et, par conséquent, avec un profil d'innocuité élevé des médicaments.

La thérapie spécifique aux allergènes donne le plus grand effet pendant l’enfance.

Complications possibles de la rhinite allergique et prévention

Complications possibles de la rhinite allergique et du pronostic

Le pronostic à vie est favorable. Mais en l’absence de traitement adéquat, la maladie peut évoluer, ce qui se traduit par une aggravation de la gravité des symptômes (irritation cutanée de la lèvre supérieure et / ou au niveau des ailes du nez, mal de gorge, toux, altération de la détection des odeurs, saignements de nez, maux de tête) et par l’extension du spectre. cause d'allergènes importants.

Prévention de la rhinite allergique.

La prévention spécifique de la rhinite allergique, malheureusement, n'a pas été développée. Avec une maladie déjà développée, les mesures préventives sont réduites à l'élimination de l'allergène de l'environnement (voir Nutrition et mode de vie dans la rhinite allergique) et à un traitement adéquat.

Réponses aux questions fréquemment posées sur la rhinite allergique:

J'ai une rhinite allergique. Il y a des réactions à la poussière de bibliothèque. Est-ce que des tests cutanés? Les tests avec la fourrure de chat sont négatifs. Puis-je avoir un chat?

Les animaux sont des causes courantes d'allergies. En plus des allergies à la laine, une réaction à la salive, à l'épiderme (couche supérieure de la peau) et à des charges pour toilettes est possible. S'il n'y a pas d'allergie à la laine, cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'allergie aux autres "parties" du chat. De plus, les allergies peuvent se développer plus tard, quand un attachement psychologique à un animal de compagnie apparaît. La réponse est donc sans équivoque: non. Tout comme vous ne devriez pas commencer les chiens, poissons, chevaux, etc.

Peut-il y avoir une rhinite allergique sur les aliments?

L'allergie alimentaire est extrêmement rare chez les patients atteints de rhinite allergique (moins de 4 à 7% des cas). Mais un certain nombre de produits (chocolat, agrumes, fraises, champignons, poisson de mer, etc.) contiennent de l'histamine. Cette substance améliore l'inflammation allergique existante. L'abus de ces aliments pendant la période d'exacerbation augmentera les symptômes.
Dans tous les cas, si vous constatez un lien entre vos symptômes et l’utilisation de certains plats, consultez un médecin et passez un examen approprié.

La gymnastique respiratoire aide-t-elle Buteyko et Strelnikova à lutter contre la rhinite allergique?

Oui Cette méthode est efficace dans le traitement de la rhinite allergique.

Je suis allergique aux arbres en fleurs (symptômes au printemps). Mais au cours de la dernière année, les plaintes habituelles pour aggravation en août sont apparues. À quoi peut-il être connecté? Le climat change-t-il?

Vous semblez évoluer vers une maladie se manifestant par l'expansion du spectre des allergènes. Compte tenu du moment de la deuxième exacerbation, une attitude allergique au pollen des plantes difficiles à colorer (absinthe, quinoa, etc.) est apparue. Contactez votre professionnel de la santé pour corriger le traitement. Le climat n'a rien à voir avec.